Rencontre avec Emmanuel Lepage à la Réserve à bulles autour de son album Voyage aux îles de la désolation

Maître improvisateurLu par Zibeline

Rencontre avec Emmanuel Lepage à la Réserve à bulles autour de son album Voyage aux îles de la désolation - Zibeline

Aussi loin qu’il s’en souvienne, il a toujours voulu faire de la bande dessinée. Alors, depuis plus de vingt-cinq ans, il écrit et dessine des histoires. On lui doit, entre autres, La terre sans mal, les deux tomes de Muchacho, Alex Clément est mort (dont l’action se déroule à Marseille), ainsi que deux Fragments d’un voyage, Brésil et America, parus au début des années 2000. Mais c’est pour son magnifique Voyage aux îles de la désolation qu’Emmanuel Lepage était de passage en mars à Marseille. Cet album édité en 2011 est en effet en lice pour la sélection BD du Prix littéraire des lycéens et apprentis de la région PACA. Lepage était à ce titre invité au lycée Périer puis à la librairie La réserve à bulles. Répondant aux questions de Richard G, il a d’abord rappelé la genèse du projet qui lui a permis d’embarquer sur le Marion Duquesne à destination des TAF (Terres Australes Françaises), d’en revenir avec des dessins, des croquis, sortes de notes graphiques, et de réaliser ce «livre hybride qui s’est construit au  fur et à mesure» en moins de six mois, dans un état de «jubilation» intense. Pourquoi tant de plaisir et une telle rapidité d’exécution ? Parce qu’il a lâché la bride à son désir d’improvisation. Parce qu’il a accepté de travailler «sur une matière en perpétuel mouvement». Parce qu’il a trouvé dans cet album la juste distribution entre les dessins exécutés pendant l’expédition (et insérés sans retouches) et le rythme narratif d’une véritable histoire en images. De fait, cette BD documentaire est encore plus foisonnante qu’un carnet de voyage. Variété des techniques (lavis, pastel, crayon gras, encre, aquarelle…) et des cadrages (de la simple vignette noir et blanc à l’illustration double page couleurs), organisation dynamique et souvent surprenante des planches, c’est une superbe odyssée de l’image que ce maître dessinateur offre au lecteur. Il revient tout juste d’un voyage de deux mois en Antarctique. On espère déjà l’opus à venir.

FRED ROBERT

Mars 2013

La rencontre à La réserve à bulles a eu lieu le 19 mars

Voyage aux îles de la désolation
Emmanuel Lepage
Futuropolis, 24,40 € (album sélectionné pour le Prix littéraire des lycéens et apprentis de la région PACA)

Voir ici chronique sur Un printemps à Tchernobyl, du même auteur

La Réserve à Bulles
76 Rue 3 Frères Barthélémy
13006 Marseille
04 91 53 28 91
http://www.reserveabulles.com/librairie/