Vu par ZibelineAna Morales au pôle culturel de Draguignan : un flamenco torride

Magnétique Ana Morales

Ana Morales au pôle culturel de Draguignan : un flamenco torride - Zibeline

Nul besoin de connaître le flamenco sur le bout des claquettes pour se laisser envoûter par la barcelonaise Ana Morales. À l’auditorium du pôle culturel Chabran à Draguignan – Théâtres en Dracénie est actuellement en travaux de rénovation – Ana Morales a cueilli le public dès les premières secondes. Danse intériorisée qui palpite sous la peau, respect des figures classiques mêlées à une écriture singulière des figures contemporaines, présence scénique, port de tête altier et gestuelle expressive… Tous les ingrédients étaient réunis pour que son spectacle Une mirada lenta fasse frémir les spectateurs ! Majestueuse quand elle entre dans la lumière, en silence, chaque pas et claquement du talon soulignant une diagonale invisible et pourtant remarquable : Ana Morales traverse le plateau avec une élégance qui ne la quittera plus jusqu’au dernier salut. Accompagnée au chant par Miguel Ortega et à la guitare par Rafael Rodriguez, elle interprète le flamenco comme si elle jouait des cordes d’une guitare. Tantôt avec douceur, lenteur et retenue ; tantôt avec passion et une fureur incandescente. Dans cette relation de la danse au chant, on croit à l’extension de l’un et à la retenue de l’autre dans un balancement continu et un équilibre dont seules les étoiles du flamenco ont le secret. Ana Morales en fait partie, mille et une fois récompensée depuis son prix El Desplante au Festival international de Las Minas de La Unión en 2009. Tout en cambrures savantes et en ruptures, en zapateado virtuose, comme si son rythme intérieur dictait chaque claquement des talons sur le sol, elle impose sa silhouette gainée de noir moiré. Même sans guitare ni chant, elle habite pleinement l’espace ! Et quand elle s’allonge sur le sol en jouant de son éventail avec adresse, quand les lumières l’enveloppent d’un halo sensuel, le public est au bord de l’évanouissement… Torride, le flamenco ?

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Octobre 2017

Una mirada lenta a été joué les 17 et 18 octobre à Draguignan.

Photographie : Ana Morales © Jean-Louis Duzert

Théâtres en Dracénie
Boulevard Georges Clémenceau
83300 Draguignan
04 94 50 59 59
www.theatresendracenie.com