Carte blanche à Andy Emler au Conservatoire Darius Milhaud

Magie des partagesVu par Zibeline

Carte blanche à Andy Emler au Conservatoire Darius Milhaud - Zibeline

Quelle belle idée de déplacer la programmation du GTP dans la salle du Conservatoire Darius Milhaud ! Son acoustique parfaite souligne certes les moindres failles, mais sert la virtuosité. Elle était au rendez-vous ce soir-là, grâce au premier volet d’une trilogie jazzique qui devait s’avérer la dernière avant le confinement. Le public était particulièrement gâté avec la venue du Trio ETE (acronyme d’Emler, Tchamitchian, Echampard) qui créait alors (la pièce était jouée seulement pour la troisième fois) Useful Report qui s’inspire du rock, du jazz du groove, traçant un nouveau mode d’une liberté de style où chaque musicien déploie sa propre palette. Rythmes ostinato, incantatoires, envoûtants, tournoiements qui nous renvoient à Steve Reich ou Philip Glass, apartés -plutôt que solos- virtuoses, onirisme poétique où l’émotion se fonde, tout concourt à une harmonie inventive et espiègle. L’œuvre oscille entre passages écrits et improvisés, ses divers mouvements liés par la note tenue de la contrebasse, fil d’Ariane dans le labyrinthe des pensées qui se construisent, hésitent, se développent, s’emportent en longues phrases lumineuses, extase partagée… L’humour se mêle aux accents enlevés, la note parfois s’orientalise puis s’engage dans des contrées plus dramatiques, emprunte au film d’action, joue des images musicales, puis se retourne en rêverie méditative. L’être humain est là, dans sa complexité, sa richesse, sa multiplicité. Le titre définitif de No return clôt la première partie, empreint d’un lyrisme aux élans proches de ceux de Chopin…

Le trio (Andy Emler, piano, Claude Tchamitchian, contrebasse, Eric Echampard, batterie) est rejoint en deuxième partie de soirée par l’Orchestre symphonique du Conservatoire d’Aix-en-Provence et des élèves de l’IESM qui ont tous rogné sur leurs vacances scolaires afin de participer à cette aventure, suivant des masterclasses d’improvisation et répétant avec les musiciens le Concerto pour trio et orchestre, Un été malmené, d’Andy Emler (créé en 2014 par l’Orchestre National de Lille, sous la direction de Jean-Claude Casadesus). Cette « recréation » était menée avec fougue et intelligence par les jeunes interprètes sous la houlette de Jean-Philippe Dambreville qui savait faire partager le bonheur d’une telle musique, dialoguant entre orchestre et trio, ménageant des parties solistes de haute volée, époustouflant solo de contrebasse (C. Tchamitchian) ou superbe duo improvisé entre la jeune premier violon et le piano d’Andy Emler (qui lui souffle un « merci ! » à la fin de son intervention). Les échos de Gershwin, de Michel Legrand, s’immiscent dans ce creuset orchestral dont l’écriture nous invite à un voyage dont la dernière note résonne, sublime de dépouillement dans un silence recueilli. Mirage renouvelé en bis pour un public subjugué.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2020

Le concert Carte Blanche à Andy Emler a été donné le 11 mars au Conservatoire Darius Milhaud, Aix-en-Provence

Photographie : Trio ÉTÉ © Cecil Matthieu

Conservatoire Darius Milhaud
1 avenue Malherbe
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 76 28
www.aixenprovence.fr

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net