Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Soirée ACID avec Brooklyn de Pascal Tessaud à Gardanne, dans la tradition d’un cinéma où le peuple parle de lui-même

Ma môme elle joue pas les starlettes

• 19 octobre 2015 •
Soirée ACID avec Brooklyn de Pascal Tessaud à Gardanne, dans la tradition d’un cinéma où le peuple parle de lui-même - Zibeline

Soirée en partenariat avec l’ACID au festival d’automne de Gardanne le 19 octobre avec la projection du film Brooklyn de Pascal Tessaud, présent pour rencontrer son public. L’ACID – Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion- association de cinéastes qui œuvrent à soutenir d’autres cinéastes, avait mis dans sa programmation cannoise de 2014, ce film de guérilla qui a pu ainsi trouver la route d’une centaine de festivals dans le monde et une sortie en salles aujourd’hui. Guérilla car lassé par les embuches des institutions du cinéma français, l’auteur a décidé de prendre la parole sans attendre qu’on la lui donne pour réaliser son premier long métrage de fiction, après être passé par le documentaire et le court métrage.

Brooklyn est tout d’abord un film musical, hymne à la culture hip hop si vivace dans ce qu’on englobe sous les termes de banlieues ou de quartiers. Il s’agit plus précisément de Saint-Denis, « la ville des rois » selon un des personnages, véritable rappeur dans la vie comme beaucoup d’autres. Intégré à une fiction, ce rap y est donné à entendre, en même temps qu’il est un enjeu politique, entre une forme authentique de contestation collective et solidaire et une forme dévoyée où se mêlent ambition personnelle et intérêts commerciaux. Mais Brooklyn est aussi, au-delà de l’allusion au rêve étasunien, le pseudo de l’héroïne, Coralie. Interprétée par la véritable rappeuse KT Gorique, comme dans un conte,  elle atterrit de sa Suisse d’origine à Saint-Denis où les bonnes fées du milieu associatif sous les traits de Yazid (Jalil Naciri) la propulsent sur la scène du rap, fille « fine comme une aiguille, forte comme une épée » dans ce milieu essentiellement masculin. Mais point de conte de fées sentimental : le prince charmant Issa, accumulant, aux yeux de Brooklyn, les côtés négatifs, va perdre toutes ses chances.

Brooklyn offre une image positive de Saint-Denis et de toutes les banlieues, dont souvent les médias les plus puissants donnent une vision misérabiliste, négligeant sa puissance créatrice. Malgré quelques effets convenus comme la fuite de Coralie en plein dépit amoureux, ce qui retient dans Brooklyn, c’est un sens de l’ellipse qui dynamise le récit, la rencontre de comédiens professionnels avec, à l’avant-scène, des amateurs étonnamment justes (KT Gorique, présente dans presque tous les plans, fait une composition remarquable), la conjonction d’un scénario maîtrisé et la liberté de l’improvisation dramatique à laquelle sont rompus nombre de rappeurs dans leur domaine. Et la dédicace du film à Paul Carpita rattache Brooklyn à une fragile tradition d’un cinéma où le peuple parle de lui-même.

ANDRÉ GILLES
Octobre 2015

Ecouter l’interview de Pascal Tessaud sur WRZ ici

Photo © UFO Distribution

Le film sera projeté au cinéma Les Lumières à Vitrolles le 28 octobre et à Marseille à l’Alhambra le 29 en présence du réalisateur Pascal Tessaud.


Cinéma 3 Casino
11 Cours Forbin
13120 Gardanne
04 42 51 44 93
http://www.cinema-gardanne.com