Vu par Zibeline

Retour sur le Ciné-concert consacré à Mélies, dans le cadre du Fimé#9

L’usine à rêves

• 9 novembre 2013 •
Retour sur le Ciné-concert consacré à Mélies, dans le cadre du Fimé#9 - Zibeline

Ainsi pourrait-on nommer l’atelier ou plutôt le premier studio de cinéma en France fondé par Georges Méliès en 1897 dans lequel il construisit, en noble artisan et avec passion, une quantité impressionnante de films au tout début du siècle dernier. L’avant-dernier ciné-concert proposé par le Fimé le 9 novembre au soir, en forme de clin d’œil au célèbre Voyage Dans la Lune daté de 1902, et présenté à Cannes en version recoloriée en 2011, offrait aux spectateurs venus en masse au Théâtre Liberté un panel assez représentatif de l’œuvre de l’homme que l’on présente désormais comme le premier magicien du cinéma. En noir et blanc ou en version couleur, ces courts métrages montraient à quel point ce pionnier avait compris, bien avant les autres, le pouvoir onirique du septième art, sans doute à cause de son autre passion pour la prestidigitation. Ne manquait pourtant à ses films que le son. C’est avec une évidence triviale que le Trio de musiciens d’Alcoléa et Cie a inventé une musique prompte à susciter la rêverie en mettant au point un instrumentarium bruitiste de premier ordre, joué à la perfection, dont la richesse et la variété n’auraient certainement pas déplu au cinéaste. Verres à eau accordés, claviers aux sonorités cosmiques, métallophones en tout genre, scie musicale, batterie et guitare saturée étaient de la partie offrant aux images un supplément d’âme certain pour ne pas dire une deuxième vie : la musique ainsi obtenue, suivant au plus près le rythme des différents films projetés, leur faisait un contrepoint idéal. Un bel hommage en quelque sorte.

EMILIEN MOREAU
Novembre 2013

Ciné-Concert, le 9 nov au Théâtre Liberté dans le cadre de Fimé#9

Photo © Bernard Vansteenberghe


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr