Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Angélique Kidjo embrase le GTP

Lorsque le public du GTP danse…

Angélique Kidjo embrase le GTP - Zibeline

Il fallait un ovni pour mettre le GTP debout, rangs chaloupés animés d’une houle de danse libre, joyeuse, délivrée. Angélique Kidjo, la star franco-béninoise, lauréate de trois Grammy Awards, a réussi cet exploit rare, instaurant une complicité familière, intime, avec une salle comble. Accompagnée par un ensemble instrumental aux solos éblouissants, Thierry Vaton (piano), Dominic James (guitare), Michael Olatuja (basse), Magatte Sow (fantastique percussionniste), Grégory Louis (batterie), Michael Joussein (trombone, flûte), Philippe Slominsnki (trompette, bugle), Allen Hoist (saxophone), la diva rend hommage à Celia Cruz, (décédée en 2003), l’icône de la salsa. Elle rappelle sa première écoute de cette femme qui interprétait ce genre (salsa) qui appartenait à un monde d’hommes, « ce fut une sacrée claque ! ». Reprenant les dix morceaux de son nouvel opus, baptisé tout simplement Celia, elle invite à plonger dans les musiques nées de l’Afrique, « berceau de l’humanité », « toutes viennent de là, de cet arbre qui plonge ses racines dans le continent africain… Je vais en privilégier deux fruits, le rock et la salsa »…. La chanteuse arpente la scène, danse le monde, sa voix instrument aux variations subtiles, sait se couler dans la douceur d’une mélodie, s’exalter, percussive, aborder la rive des graves avec une large profondeur, s’emparer des mots et des notes, les sculpte en une pâte brillante et colorée. Son énergie communicative irrigue l’assemblée des spectateurs… Il s’agit, grâce à la musique, de « célébrer notre âme humaine ». « La vie est trop courte, insiste-t-elle, et trop belle, il faut la danser, la chanter, la vivre »… Le Carnaval en fête la lumineuse palette alors que le ton se fait plus grave avec un chant traditionnel des esclaves au Pérou. Les rappels pleuvent, et l’on se quitte sur le Pata pata de Miriam Makeba… Le sourire gagné là restera longtemps sur les lèvres.

MARYVONNE COLOMBANI
mai 2019

Spectacle donné le 17 mai au GTP, Aix-en-Provence.

Photographie : Angélique Kidjo © Laurent Seroussi


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net