Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

"L’opéra, miroir du monde" et "Faire vivre l’opéra" aux éditions Actes Sud

L’opéra, un art du futur

Deux publications scellaient les douze fructueuses années que Bernard Foccroulle a passées à la tête du Festival international d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence : un recueil d’entretiens avec Bernard Foccroulle et un album, L’opéra, miroir du monde, rassemblant des photographies des productions de ces dernières années, commentées par Louis Geisler et Alain Perroux, assorties de commentaires d’artistes.

La multiplicité des regards, qu’ils soient extérieurs, comme ceux des photographes, ou captés de l’intérieur avec des paroles d’artistes, de metteurs en scène, apporte un témoignage vivant, choisissant, parmi les 65 spectacles évoqués, 18 productions particulières car symboliques d’une démarche. Faire vivre l’opéra, sous-titré « Un art qui donne du sens au monde », est composé de quatre entretiens avec Bernard Foccroulle, menés tour à tour par Chantal Cazaux à propos de la force de la création, Sabine de Ville, l’opéra au cœur de la cité, Shirley Apthorp, l’urgence d’un dialogue interculturel, Anton Fleurov, l’opéra dans un monde globalisé.

Le bientôt ex-directeur du Festival aixois présentait le 5 juillet dernier cette somme de réflexions sur le devenir du monde de l’opéra, nourries par une expérience concrète : « Le moteur de l’opéra, c’est la création, affirme-t-il, et trop souvent l’on se contente de produire des interprétations du passé. L’opéra repose aussi sur les artistes, leur présence en résidence est indispensable, nécessaire pour revivifier les institutions, il faut les accompagner réellement. La question des publics se pose, l’œuvre sera d’autant plus riche que l’association du public à sa création sera importante. Il faut placer l’opéra au cœur de la cité, par le biais de formes participatives. D’autre part, l’opéra a besoin de nouvelles narrations, il se doit d’évoquer, de répondre aux questions de notre époque, de réfléchir en terme de dialogue, fonder une nouvelle équité entre les cultures en notre période de globalisation ». « L’opéra, comme tous les arts, doit prendre vigoureusement sa part dans un réveil des consciences, plus nécessaire que jamais », conclut ce passionnant ouvrage en résonnance avec l’actualité.

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2018

L’opéra, miroir du monde, Actes Sud Beaux-Arts, Hors collection, 32 €

Faire vivre l’opéra, Bernard Foccroulle, Actes Sud, 20 €