Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

L’échange (La tensión del umbral) d'Eugenia Almeida, une pépite d'ombre argentine...

L’ombre de la dictature

L’échange (La tensión del umbral) d'Eugenia Almeida, une pépite d'ombre argentine... - Zibeline

Le troisième roman d’Eugenia Almeida, L’échange (La tensión del umbral) traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry se plaît à égarer le lecteur dans sa structure labyrinthique, émiettée dans des chapitres brefs, choisissant l’ellipse, les dialogues secs (ossature première du livre) aux locuteurs dont les noms n’apparaissent pas toujours, les temps qui se catapultent, les points de vue qui se multiplient. On suit Guyot, le journaliste dans son enquête, avec les témoignages qui se dérobent, les témoins qui, dans le meilleur des cas, fuient, les pages d’archives qui sont curieusement arrachées, les adresses qui se perdent… Pourquoi cette jeune femme a menacé un inconnu de son arme et la retourne contre elle-même ? Sur quoi donc portaient ses recherches ? qu’avait-elle découvert ? Les voix émergent, du présent, du passé… Guyot s’entête, malgré les menaces, les morts… Les fantômes de la dictature argentine hantent les mémoires… mais le passé est-il vraiment le passé ? Les anciens tortionnaires ont une situation respectable, et s’ingénient à brouiller ou effacer toute trace. Orchestrée sur le mode de la tragédie, l’intrigue, reprenant le thème du film de Costa Gavras, I comme Icare, ne laisse aucune chance à ceux qui approchent de la vérité. « Il y a des choses que l’on ne comprend pas »… et qu’il est dangereux de vouloir comprendre… La peur devient un protagoniste essentiel et invisible. Les clés ouvrent les portes d’un enfer… On est happés par la violence vertigineuse, l’intensité, la poésie de ce roman magistral, véritable pépite d’ombre.

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2016

L’échange
Eugenia Almeida
Éditions Métailié, 18€