Vu par Zibeline

Et si vous y croyez assez... Une pièce fantaisiste du Détachement International du Muerto Coco

Logorrhée, lapins et poneys

Vérifier les jours off sur la période
Et si vous y croyez assez... Une pièce fantaisiste du Détachement International du Muerto Coco - Zibeline

Le Détachement International du Muerto Coco poursuit son cheminement fantaisiste et iconoclaste, jouant des mots et des situations en un humour qui tient de celui de Gotlib dans ses inénarrables Rubrique-à-Brac. Le spectacle et si vous y croyez assez, peut-être il y aura un poney donné une seule fois au 3bisf en 2014, a subi une nouvelle gestation dont la dernière étape était présentée au théâtre Durance, ainsi que la version papier enfin éditée (éditions MaelstrÖm) -quel plaisir de replonger dans les méandres des élucubrations abracabrantesques et vivifiantes de l’écriture de Raphaëlle Bouvier ! Cette dernière porte le texte avec passion, chanteuse, récitante, performeuse, elle entonne les premières pages, assénant les mots en un tempo rapide, et anaphores cinglantes, « je suis grand je suis beau je suis fort je suis un magicien ». La totalité est enfin possible : le « magicien » est de tous les pays, de tous les mondes, de tous les sexes, « je parle les langues du monde et je suis fils de tous les océans »… Le flux des phrases s’enivre de sa propre force, crée des miracles, retrouve l’essence de la magie, lieu de l’impossible, du dénouement toujours surprenant, du personnage qui toujours se relève, en une mystique qui englobe aussi bien un Jésus qui marche sur les flots que celui qui « trouve tes clés de voiture dans le sandwich qu’(il) est en train de manger ». La parodie n’est jamais très loin dans cette folie poétique qui s’ancre dans le quotidien et en fait naître des saynètes potaches (le piano se métamorphose en une voiture pétaradante après qu’un lapin en peluche a donné lieu à un épisode délirant), tandis que le superbe travail des lumières de Laurent Coulais s’accorde à des temps lyriques suspendus. Tous les registres se retrouvent dans ce spectacle hybride et loufoque où se croisent poésie, musique (Roman Gigoi), lecture, théâtre. Sans doute la deuxième partie gagnerait à être plus resserrée, mais faisons confiance à cette troupe déjantée qui sait avec tant de pertinence démonter les rouages de nos fantasmes dans la mise en scène de Maxime Potard.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2019

et si vous y croyez assez, peut-être il y aura un poney a été donné le 1er mars au Théâtre Durance, Château-Arnoux

Photo : Et si vous y croyez assez… © Carole Filiu Mouhali


Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/