Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Chronique d'Arrêt sur images, textes et photographies d’Ara Güler, paru aux éditions Parenthèses

L’œil d’Istanbul

Vérifier les jours off sur la période
Chronique d'Arrêt sur images, textes et photographies d’Ara Güler, paru aux éditions Parenthèses - Zibeline

C’est l’un des plus illustres écrivains-photographes turcs. À l’œuvre d’abord dans l’écriture, Ara Güler publia ses nouvelles de jeunesse entre 1940 et 1960, en arménien puis traduites en turc, comme une préfiguration à ses photographies à venir, prises entre 1956 et 1985. Traduites en français, les éditions Parenthèses font revivre les unes et les autres dans Arrêt sur images, multipliant les correspondances entre les descriptions minutieuses, l’écriture resserrée à l’extrême, le rythme alerte d’un côté, et la réalité photographique de l’autre. Ara Güler décrit et regarde sa ville avec la même loupe grossissante : aucun détail ne lui échappe. Le tout peint un tableau vivant, bouillonnant de scènes de vie quotidiennes, d’ambiances et de sensations baignées d’une douce mélancolie : ruelles enchevêtrées, petits métiers, bonimenteurs et marchands ambulants, artisans à la peine et femmes à l’usine… On respire les vapeurs des embarcations, on entend le tohu-bohu d’Istanbul ! En fin observateur, sa plume est aiguisée et son œil à l’affût : ses personnages s’appellent Hovsep la poisse ou Mesrob le boiteux, les filets des pêcheurs sentent le dur labeur, le marin à la taille élancée attend sa belle d’une nuit… Longtemps après Babylone sort du lot qui dessine le portrait du mystère du monde à travers l’homme blanc, jaune, noir «aujourd’hui marin, demain commerçant, après-demain assassin». Une nouvelle en rupture par le ton et sa portée universelle. Dans Arrêt sur images, les scènes sont enjouées, parfois désabusées, les portraits sont attendrissants, parfois moqueurs, et les photos parfaitement «calmes». Le temps de la pose n’est pas celui du récit, pourtant il raconte la même histoire, celle d’un écrivain-photographe amoureux de sa ville et de ses habitants.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Octobre 2013

Arrêt sur images
Textes et photographies d’Ara Güler
Traduction de l’arménien par Alice Der Vartanian et Houri Varjabédian
Parenthèses, 17 €