Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Antoine D’Agata publie Odysseia chez André Frères Éditions, à l’occasion de son exposition au MuCEM

L’odyssée des hommes sans nom

Antoine D’Agata publie Odysseia chez André Frères Éditions, à l’occasion de son exposition au MuCEM - Zibeline

Le Chant IX 366-67 de l’Odyssée ouvre le nouvel opus d’Antoine D’Agata, Odysseia, publié par André Frères Éditions à l’occasion de son exposition au MuCEM (voir critique ici). À elles seules, ses photographies disent la douleur de l’exode, l’anonymat des clandestins, la souffrance des corps, le délabrement des centres de rétention, les scènes d’errance quotidiennes, les camps d’infortune, les haltes précaires, les cadavres abandonnés, les ossements enfouis, les contrôles policiers, les barbelés. Elles trouvent un écho cinglant -et sanglant- dans le texte d’Antoine D’Agata, Bruno Le Dantec et Rafael Garido qui court de la page 92 à la page 160 en recensant le nombre de migrants disparus «entre le quatre janvier mille neuf cent quatre-vingt-treize et le vingt-cinq octobre deux mille douze». Sur les côtes andalouses ou dans un bateau libyen coulé au large de Lampedusa… des morts sans visage et sans nom égrenés sans fin. L’énoncé des statistiques ne pouvait s’orner d’une maquette emberlificotée, de fait sa rigueur privilégie l’impact des photos  : vignettes kaléidoscopiques, gros plan ou plein cadre dialoguent par petites touches avec les témoignages de Tigeist et Doumdia Yacou recueillis en avril 2013 au camp de Choucha, Tunisie : «Ce serait mieux de ne pas vivre… » dit Tigeist tandis que Doumdia explique son impuissance face au destin, la prison de Kadhafi au bout du trajet. Et la torture.

La lecture d’Odysseia n’est donc pas chose aisée. Et les textes de Bruno Le Dantec, Exile on Main Street, Frontières [Exil n°1] et Urbanisme [Exil n°2] n’apaisent pas le mal être, pointant avec justesse le retour d’Ulysse en héros mais le rejet des voyageurs sans visa, comptabilisant les 214 millions de migrants internationaux dont près de la moitié sont des femmes ou rappelant l’apport financier de l’immigration dans le PIB français ! Une fois l’ouvrage refermé, les secousses font long feu.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Août 2013

Odysseia

Antoine D’Agata, Bruno Le Dantec, Rafael Garido

André Frère Éditions, 32 €

Rencontre-dédicace en présence d’Antoine D’Agata, Michel Péraldi et François Cheval lundi 9 septembre à 18h30 au MuCEM, auditorium Germaine Tillion.