Vu par Zibeline

Festa occitana à la Mesón

L’Occitanie dans tous ses états

En trois soirées, Festa occitana aura montré l’étendue de la création occitaniste actuelle. Axée sur trois groupes qui n’ont en commun que la langue, la programmation concoctée par La Mesón révèle une Occitanie de la pluralité musicale autant que géographique.

Dans la famille polyphonique, le quintette Du Bartàs, venu de l’Aude, fustige la globalisation, la grande distribution ou la guerre auxquelles ils préfèrent la diversité, les circuits courts et le balèti. Jeux vocaux, rythmes festifs, Du Bartàs, à la manière des Marseillais du Cor de la Plana dont l’influence est certaine, s’abandonne parfois à la transe, ouvrant en grand son art de vivre languedocien à la culture maghrébo-orientale. Cordes légères, percussions dynamiques, les cinq garçons de Du Bartas – autour de Laurent Cavalié qui écrit et compose la plupart des morceaux originaux – débordent de fraîcheur et d’énergie au service d’une tradition vivante et revivifiée.

Virage à 180° avec le phénomène D’Aqui Dub. Formé il y a une quinzaine d’années, le groupe marseillais créé une alchimie sombre et planante entre musiques méditerranéennes et ambiance électronique à la fois dub et noise. Quand il ne joue pas de la clarinette, Arnaud Fromont chante un faux désespoir d’une voix envoutante et grave, sublimée par la basse de Manuel Castel, les machines de Sylvain Buhler et surtout le bouzouki d’Asmir « Chaspa » Sabic.

Un week-end clôt par la poésie provençale de Renat Sette avec un récital tout en sensibilité intitulé « Un homme a traversé le monde ».

THOMAS DALICANTE

Novembre 2012

 

Festa occitana a eu lieu du 9 au 11 nov à La Mesón, Marseille