Vu par Zibeline

Les Musicales de la Font de Mai subjuguées par Lisa Simone

Lisa Simone illumine la Font de Mai

Les Musicales de la Font de Mai subjuguées par Lisa Simone - Zibeline

Le Festival Jazz des Cinq Continents s’achève à Aubagne, Régis Guerbois son président et Hugues Kieffer, son directeur délégué et programmateur, sont venus présenter le dernier concert de leur saison, accueillis avec enthousiasme par Sylvia Barthélémy qui se félicite de ce partenariat qui perdure d’année en année.

Le val de la Font de Mai était comble ce soir-là, et pour cause, Lisa Simone, entourée de ses musiciens, tous plus talentueux les uns que les autres était sur scène. Deux consonnes changent, qui ne suffisent certes pas à oublier un héritage aussi impressionnant que celui de Nina Simone, mais qui autorisent un jeu, entre hommage tendre, et voie autre, et rendent compte aussi de la singularité de la relation mère/fille, Nina/Lisa. Lisa rejette toute carrière musicale, dans un premier temps et s’engage dans l’US Air Force en tant qu’assistante en ingénierie, puis, l’appel de la musique est le plus fort, et elle fera d’abord carrière à Broadway durant vingt années. Elle publie enfin en 2008 Simone on Simone, qui présente plusieurs titres de Nina Simone, puis un premier album de créations personnelles, le superbe All is well (2014 sous le label Laborie Jazz), dont elle interprète un certain nombre de morceaux lors du concert du 30 juillet, la chanson titre, mais aussi une magnifique adaptation de Suzanne de Léonard Cohen ou encore le mythique Ain’t Got No, I Got Life enregistré par sa mère en 1968. L’essentiel du programme du 30 juillet à Aubagne se concentre sur les chansons de son dernier opus, My World (2016 chez Sound Suveyor Music/L’Autre Distribution).

Les instrumentistes montent successivement sur scène, installant les différentes strates des compositions qui flirtent avec la soul, le jazz, s’imprègnent des échos du gospel, du folk, et déclinent des rythmiques RnB et du reggae. Hervé Samb, guitare lead, qui a collaboré avec Meshell Ndegeocello, Jimmy Cliff ou Amadou et Mariam, ouvre le bal, virtuose, bientôt suivi par Reggie Washington, guitare basse et contrebasse et Sony Troupé à la batterie auquel le plateau sera laissé en fin de concert pour un époustouflant et inventif solo de percussions.

Là-dessus, il y a la voix de Lisa Simone, chaleureuse, expressive, capable de se glisser dans tous les registres avec la même justesse, la même intensité. « Fille de », certes, mais indépendante, avec une création musicale originale, un son, un ton bien à elle et une profonde spiritualité. La pâte musicale de l’artiste, conjugue avec humour, élégance et tonicité les mélodies et une instrumentation qui se love aux inflexions de cette grande artiste. La colère et la douleur qui habitaient les compositions maternelles, sont dépassées, en une réconciliation humaine avec le monde. Il y a les attentes, (Expectations), mais aussi le rêve d’un monde heureux (on n’est pas sans penser à John Lennon), My World, où Lisa Simone invite les auditeurs « imagine a world full of flowers »… L’artiste joue, duettise avec la guitare, en une émulation joyeuse, arpente le public, salue, embrasse, feu follet virevoltant, distribuant sa grâce, sa joie avec une générosité qui semble vouloir tout illuminer autour d’elle. Les demandes de bis pleuvent, public debout, dansant, libre auquel Work Song de Nat Adderley sera offert, multipliant impros et digressions enlevées. Magie de la Font de Mai, accordée à celle, intense de Lisa Simone, Finally Free!

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2018

Concert donné le 30 juillet dans le cadre des Musicales de la Font de Mai, Aubagne.

Photographies : Concert Lisa Simone du 30 juillet 2018 ©MC