Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Sans gravité, une poétique de l'air à L'Ardénome, ancien Grenier à Sel d'Avignon

L’intangible prend corps

• 23 mars 2019⇒26 juin 2019 •
Sans gravité, une poétique de l'air à L'Ardénome, ancien Grenier à Sel d'Avignon - Zibeline

L’Ardénome, très beau lieu d’art contemporain ouvert il y a un an par la Fondation Edis dans l’ancien Grenier à Sel d’Avignon, propose, dans le cadre de la biennale régionale des imaginaires numériques Chroniques, une exposition intitulée Sans Gravité. Et sous-titrée Une poétique de l’air. Car c’est bien de cela dont il est question : les quatre artistes réunis par Véronique Baton, commissaire du lieu, cherchent à atteindre, au delà de l’innovation technologique, ou plutôt à travers elle, la poésie des choses intangibles.

Etienne Rey présente une série de cinq œuvres, Horizon faille, commande de la Fondation Edis. Un bassin basculant qui produit des vagues, hypnotique, un triptyque qui nous plonge au cœur infini de la matière et du zoom perpétuel, un jeu de lignes et d’illusions… Les œuvres, de nature très différentes, se rejoignent par la paradoxale matérialité de leur abstraction, physique.

Dans le hall d’entrée Edith Deckyndt a placé un ballon d’hélium et d’oxygène qui monte et descend selon la pression, lentement, répondant aux Slows objects, vidéos qui explorent au ralenti les déformations et mouvements d’un élastique ou d’un niveau à bulle. Et on regarde l’air bouger…

Au sous-sol Hugo Deverchère produit une tornade de vapeur avec un ventilateur et des ultrasons, pour affronter la peur climatique et « maîtriser l’aérien ».

L’univers de Mathilde Lavenne est moins évanescent, mais tout aussi onirique. Tropics, une vidéo de 13 minutes, plonge dans l’univers et l’histoire de fermiers de la vallée mexicaine du Rio Bobos. Le traitement de l’image, produite avec un scanner 3D, donne l’impression de voir à travers les paysages et les gens, des spectres en noir et blanc, images du réel comme dessinées par dessus… Le même principe de trace spectrale est à l’œuvre dans Artefact : il s’agit de faire parler, ou plutôt sonner, la matière. Un rouleau de marbre dont elle numérise les marbrures qu’elle transforme ensuite en sons. La voix du marbre ?

Agnès Freschel
Avril 2019

 Sans gravité, une poétique de l’air
jusqu’au 26 juin
Ardénome, Avignon
04 32 74 05 31 ardenome.fr

Photo :  Tropics © Mathilde Lavenne