Retour sur le catalogue de l’exposition La sensation d’un voyage inachevé de Laurent Dessupoiu

L’imagier de Laurent DessupoiuVu par Zibeline

Retour sur le catalogue de l’exposition La sensation d’un voyage inachevé de Laurent Dessupoiu - Zibeline

À en croire le catalogue publié par la Villa Tamaris centre d’art en corollaire de l’exposition La sensation d’un voyage inachevé de Laurent Dessupoiu, ses œuvres parleraient d’elles-mêmes. Car seul le texte Deux ou trois choses que je sais, ou que je devine, à propos de Laurent Dessupoiu de Robert Fibonacci introduit l’ouvrage de 112 pages. Exception faite aussi des indispensables biographie et bibliographie. Une «discrétion» qui nous autorise à le feuilleter indifféremment par la fin ou le début, à divaguer entre les dessins, sculptures et acryliques, tout en décryptant attentivement les titres si précieux pour l’artiste : Gladiateur des temps modernes (série de portraits parfois cyclopéens, bouches grillagées, grimaçantes, pleines d’effroi) ; Sur les traces de la liberté (série cosmopolite composée, entre autres, d’un portrait et graff sur porte en bois, d’un assemblage de 16 acryliques sur toile démultipliant le même motif) ; J’ai décidé d’être heureux, L’adversité me fouette ou encore Imagine qu’il n’y ait ni pays ni religion qui sont autant le sujet de la toile que le titre, répété à l’infini, superposé, noyé dans le fatras de couleurs. C’est alors, et alors seulement, que l’on décide d’apprendre «deux ou trois choses» que Robert Bonaccorsi sait de Laurent Dessupoiu. À savoir qu’il «vit, travaille, crée à Istres dans un vaste atelier à sa (dé)mesure», qu’il a «le goût de la confrontation des corps et des idées» et, plus obscurément, qu’il s’agit d’une «œuvre polysémique qui accorde aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité1».

MARIE GODFRIN GUIDICELLI
Juin 2014

L’exposition s’est déroulée du 22 mars au 18 mai à la Villa Tamaris centre d’art, La Seyne-sur-Mer

1 Alfred Jarry, Gestes et opinions du Docteur Fanstroll