Rencontre entre compositeurs et réalisateurs lors du Festival International du Film d’Aubagne

L’image chante Vu par Zibeline

Rencontre entre compositeurs et réalisateurs lors du Festival International du Film d’Aubagne - Zibeline

Dans le cadre du 22e Festival International du Film d’Aubagne Music & Cinéma, s’est tenue le 4 juin au cinéma Le Comoedia une rencontre entre compositeurs et réalisateurs, animée par Benoit Basirico, fondateur du site Cinezik.fr, dédié à la musique de film. Plus d’une quarantaine de participants, en grande majorité des compositeurs. Seules deux compositrices, dont Stéphanie Blanc, adhérente du Collectif Troisième Autrice, y assistaient, ce qui n’est guère étonnant car le pourcentage des femmes est encore infime dans cette profession de composition de musique de film.

Quel dialogue entre celui qui réalise et celui qui compose ? Comment transmettre les références musicales ? Accorder une Carte Blanche au musicien ? Faire part de ses intentions ? Préciser ses préférences pour certains instruments ? Utiliser des maquettes et comment ? Qu’accepter, quand l’économie du film, en particulier pour les courts métrages, ne permet pas d’avoir un orchestre ? Ce sont ces questions qui ont été posées, éclairées par des expériences précises. Ainsi, Elise Mac Leod, réalisatrice de Songlines (Le Chant des pistes) a expliqué comment elle avait dialogué avec Etienne Gauthier, lui précisant notamment quels instruments elle souhaitait pour la musique de son film. Le réalisateur – berger – Thierry Machard a expliqué qu’il avait rencontré son musicien Glenn Mazé deux ans avant le tournage de son film En sortir. Il voulait au départ un violoncelle et pas de percussions, il souhaitait que « l’image chante ». Finalement, c’est la contrebasse qui accompagne le film et la phase du mixage, lissage et tronçonnage, a été très douloureuse… Le cinéaste iranien Sâm Mirhosseini a parlé de son premier film, Free Flow, rencontre tumultueuse d’un jeune migrant iranien qui tente de passer en Angleterre et d’un Français d’origine étrangère travaillant comme scaphandrier dans le port de Calais. Son compositeur, interprète, multi instrumentiste Mossy Amidi Fard, a évoqué son travail, précisant les intentions musicales très claires : exprimer le point de vue du réfugié. Il a aussi insisté sur l’importance de visionner le film sur grand écran pour pouvoir travailler en s’ancrant avec son corps, comme l’a précisé un autre compositeur. Ces échanges, éclairés par les extraits des films, visionnés et, bien sûr, écoutés, ont mis avant tout en lumière la confiance et la complicité entre réalisateu·ice·s et compositeur·ice·s indispensables pour la réussite du projet, le film.

ANNIE GAVA
Juin 2021

Photo © A.G.

La rencontre s’est déroulée lors du Festival International du Film d’Aubagne Music & Cinéma, le 4 juin au cinéma Le Comoedia, Aubagne.

Théâtre Comoedia
Cours Maréchal Foch
Rue des Coquières
13400 Aubagne
04 42 18 19 88
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/theatre-comoedia.html