Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Music Hall de Jean Luc Lagarce affronte les feux de la rampe dans une création universitaire enlevée !

Libre(s) et heureux …

Vérifier les jours off sur la période
Le Music Hall de Jean Luc Lagarce affronte les feux de la rampe dans une  création universitaire enlevée ! - Zibeline

Swinguez jeunesse et puis dansez maintenant ! C’est fou comme la langue de Jean-Luc Lagarce passe en permanence le mur du son , traverse et fulgure en tâtonnant d’une humeur à l’autre, en gardant de bout en bout de sa trajectoire le rythme et la trace ; c’est fou comme les corps et les voix des treize apprentis –comédiens de la formation Arts du Spectacle de l’Université d’Aix Marseille intègrent, digèrent et restituent à bonne distance ce langage musical qui se passe de musique ! Agnès Régolo, metteure en scène invitée à travailler avec les étudiants connaît bien Music Hall dans lequel elle a joué il y a quelque temps le rôle central –Elle, la pas toujours meneuse de jeu – et elle sait tirer le meilleur de cette énergie qu’elle laisse mûrir, fleurir ou claquer dans cette petite troupe qui fait sonner impeccablement le plateau : joie et précision, rigueur et jubilation et le show goes on avec 9 girls et 4 boys qui se passent sans encombre le relais du récit : les heurs et malheurs d’un trio fragile, la vie sur les planches et sur les routes , la vie tout court ; pas brillant mais il y a les paillettes et tour à tour chaque comédien apporte sa façon de lancer la voix, de bouger les mains ou d’arpenter le plateau ; tous différents, tous à la hauteur de cet expressionnisme généreux, grave et burlesque à la fois, que la metteure en scène a choisi pour faire résonner en boucle les mots de l’auteur . « Lente et désinvolte » c’est le refrain-didascalie d’Elle(s) qui marche(nt) ; « Goguenards » c’est le public quand le spectacle est raté, comme à Montargis-Loiret par exemple pas ici pas nous ; « Ne me dis pas que tu m’adores… » c’est le chœur gouaillant des artistes en mal d’amour. Belle réussite qui fait resplendir en ces jeunes gens l’ « homme très libre et très heureux » que Lagarce rêvait d’être après sa disparition …
MARIE JO DHO
Mai 2017


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/