Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Prison Possession, intense travail de François Cervantes avec un détenu, dans le Off d'Avignon

Liberté, j’écris ton nom

• 6 juillet 2017⇒28 juillet 2017 •
Prison Possession, intense travail de François Cervantes avec un détenu, dans le Off d'Avignon - Zibeline

François Cervantes a noué une relation épistolaire avec un prisonnier, dans une démarche initiée par la Région PACA : il s’est rendu en milieu carcéral, a rencontré Erik une fois, parmi d’autres détenus avec lesquels il a également correspondu, puis leur lien particulier a pris un tour plus fort et leur échange s’est poursuivi sur de longs mois. De ce rapport humain est né un texte magnifique, livré intensément par le dramaturge, seul en scène, sobrement vêtu, dépouillé de tout ce qui n’est pas «simple, honnête et profond».

Ce n’est pas à une fiction que François Cervantes nous invite, nous ne nous repaîtrons pas d’un destin broyé de plus, adapté et mis en forme pour le théâtre. Ici il s’agit d’autre chose, de la parole d’un homme qui prend chair dans le corps d’un autre, et les spectateurs sont témoins d’une possession imprégnée d’un respect infiniment précieux. Celui qui parle offre à ceux qui écoutent d’entrer en résonance avec celui qui n’est pas là physiquement, celui qui est privé de liberté, celui dont le destin est de s’évader toujours, pour être inéluctablement repris. Et cet homme-là, qui «ne sait plus aimer» parce qu’en geôle on perd cela aussi, avec tout le reste, a été capable de surmonter le délitement de l’isolement, d’écrire page après page à un inconnu.

Cette relation nouée «sans aucune précaution, jamais», avec la crainte de réveiller la bête assoiffée de liberté qui sommeille en lui, est-ce la matière douloureuse d’une évasion réussie ? Nul ne peut répondre sinon lui-même. Mais lorsque par la bouche de François Cervantes il nous dit «Je vois cette solitude en vous. Notre solitude», on sait très bien de quoi il parle : l’élan d’aller vers l’autre ne doit pas s’arrêter aux portes de prison. Ni à aucune autre porte.

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2015

Prison Possession s’est joué à La Friche, Marseille, en janvier 2015, puis en Corse au mois d’avril.
Il sera au Gilgamesh-Belleville du 6 au 28 juillet 2017, dans le cadre du Festival Off d’Avignon.

Photo : © Melania Avanzato


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/