Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le mythe de Faust toujours d’une terrifiante actualité au OFF

L’homme face à sa nature

• 6 juillet 2018⇒26 juillet 2018 •
Le mythe de Faust toujours d’une terrifiante actualité au OFF - Zibeline

Aspirer à la connaissance absolue et ne rien savoir. Triste constat que celui que fait le docteur Faust, en prise avec cette conscience qui le malmène, et envahi par l’ennui.

C’est ce vieillard amer que vient tenter Méphistophélès en lui proposant un pari à la mesure de son orgueil : retrouver une jeunesse qui lui permettra de jouir sans entraves des plaisirs terrestres et trouver l’amour auprès de Marguerite (vibrante Mélissa Prat). C’est avec Méphistophélès qu’il goûtera aux délices, c’est avec lui qu’il s’abîmera dans cette quête qui ne trompera finalement pas cet ennui. Si l’existence humaine est une folie, comme le proclame Méphisto, autant embrasser l’univers tout entier, toucher au pouvoir suprême, politique. Le pari qui les lie prend alors une dimension insensée : si Faust trouve une solution à la crise qui secoue le monde, celui-ci lui appartiendra…

Gaële Boghossian a adapté les deux tomes de l’œuvre de Goethe, prolongeant grâce au second -dans lequel il s’intéresse au pouvoir et à ses dérives- la problématique de la dualité de l’âme humaine, en lui donnant une résonnance très contemporaine. « L’État va mal, la révolte gronde, les riches étalent leur puissance et les pauvres doivent payer. » Le Kaiser, « sorte de Jupiter », installe capitalisme et totalitarisme.

Aucun temps mort dans la mise en scène de Gaële Boghossian qui s’appuie sur les créations vidéo de Paulo Correia, véritables ouvertures sensitives d’une temporalité qui déploie ses aises, passant d’une passion amoureuse à une prise de conscience rédemptrice. Les projections transforment les lieux, sculptent les scènes et les trois niveaux d’un décor ingénieux et magnifique, qui sont autant de lieux stratégiques. En hauteur, Clément Althaus (compositeur de l’envoûtante bande son du spectacle) chante, illustre le chœur des puissances surnaturelles que combat Méphisto, surplombant l’antre de Faust (encombré de livres) et un entre-lieux, propice aux tergiversations les plus savoureuses entre Faust et Méphisto (impeccables Paulo Correia et Fabien Grenon, interchangeant les rôles selon les âges de Faust, chacun apportant ses finesses à ce jeu judicieux).

Que reste-t-il à Faust ? Peut-il trouver un salut alors qu’il n’a fait que satisfaire ses désirs ? La puissance l’a finalement rendu aveugle, et il n’aspire qu’à redevenir un homme libre sur une terre libre, face à la nature. Repentant, sauvé par les mélopées d’une armée de démons qui vaincra un Méphistophélès incapable d’amour, Faust redevient un homme, en proie à ses contradictions.

DOMINIQUE MARÇON
Juillet 2018

Festival d’Avignon OFF
Faust, par Collectif 8, est donné jusqu’au 27 juillet au 11 Gilgamesh Belleville, Avignon

Photographie : Faust, Collectif 8 © Meghann Stanley


Festival d’Avignon
Cloître St-Louis
20 rue du Portail Boquier
84000 Avignon
04 90 27 66 50
http://www.festival-avignon.com/