Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Artiste géomètre, Radouan Mriziga mesure le monde à l’aune de son corps

L’homme de Vitruve

Artiste géomètre, Radouan Mriziga mesure le monde à l’aune de son corps - Zibeline

La première création (en 2014) du chorégraphe et danseur Radouan Mriziga, 55, étonne et séduit. Plus qu’une danse, et pourtant le corps est central dans cette chorégraphie, 55 offre une stupéfiante performance où le dessin, la structuration de l’espace, connaissent la seule mesure humaine. Laissons-nous aller à la symbolique des nombres, avec la déclinaison du chiffre 5, figure de l’homme parfait qui sait compter ses doigts, et en le doublant en 55, image de la divinité… Fondation d’un univers à l’architecture parfaite, rosace géométrique, jonglant entre le cercle et le carré, le ciel et la terre, avec en son centre une étoile enfin accessible, à 8 branches, celle d’Al-Andalus… tandis que l’ensemble est entouré (revenons aux choses simples !) de cinq vieux magnétos à cassettes d’où s’échappent des bribes de musique baroque, arabe, indienne, ponctuées de silences où la musique invisible est encore rythmée par les pas ou les battements de mains de l’artiste. Ce dernier arpente le plateau, se livre à de mystérieuses mesures, l’empan d’une main entre les pieds écartés, talons serrés, puis avance à longues enjambées que le balancement des bras guide en ligne droite, enfin s’étend sur le sol, se livre à d’acrobatiques retournements tête bêche… Les gestes prennent sens lorsque le danseur plasticien s’empare de rouleaux de ruban adhésif et de craies blanches, détermine des points, fait un compas de son avant-bras dont le coude est la pointe, relie les repères entre eux (on se remémore alors la loi du « 3, 4, 5 », qui permet sans équerre de tracer un angle droit), pour que se dessine une figure géométrique de plus en plus large et complexe. Le corps est la mesure de référence, accorde à l’espace une construction qui lui correspond totalement. Œuvre d’artisan, d’architecte, d’artiste, où « le corps est au service de la forme », devient outil de mesure… et le spectateur est ébloui par cette démonstration magistrale qui interroge plus fortement qu’un discours notre relation au monde…

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2017

55 a été donné du 5 au 6 décembre, Pavillon Noir, Aix-en-Provence

Photographie : © X-D-R


Pavillon Noir / Ballet Preljocaj
530 avenue Mozart
13627 Aix-en-Provence
08 11 02 01 11
http://www.preljocaj.org/