Un Hamlet incroyablement vivant à Arles

L’héritage d’Hamlet

Un Hamlet incroyablement vivant à Arles - Zibeline

Le roi du Danemark vient de mourir. Son frère Claudius lui succède, et prend pour épouse la veuve de l’ancien roi, Gertrude. Hamlet, qui vit difficilement le deuil de son père, vit aussi très mal le remariage de sa mère avec son oncle, « Beurk, beurk, beurk ! ».

Après que le spectre de son père lui apparaît pour réclamer vengeance, lui apprenant qu’il est mort assassiné par Claudius, Hamlet, sceptique, va sombrer dans la paranoïa. Et prendre son temps pour mûrir sa vengeance. 

Le ton est donné : un dispositif qui permet à une partie du public d’être sur scène, au plus proche des comédiens, des débordements de jeu qui disséminent parfois l’action dans la salle, et une traduction entièrement renouvelée par Clément Camar-Mercier, qui dynamise le texte et le rend palpable, jusque dans les moindres réparties et apartés adressés au public, créés de toute pièce, tel ce « Peut-être que mon jeu d’acteur va friser le burlesque » que nous adresse Hamlet avant de précipiter la chute collective.

C’est en voulant revenir à l’essentiel, c’est-à-dire « avant tout se replonger essentiellement dans l’œuvre, dans ce qu’elle raconte concrètement et aussi dans l’énergie du théâtre élisabéthain qui a permis l’émergence de pareils monuments avec un goût décomplexé pour le divertissement et l’action » que Thibault Perrenoud (sublime Hamlet) a mis en scène cet Hamlet incroyablement vivant et presque contemporain, avec ses complices de la Cie Kobal’t, Mathieu Boisliveau et Guillaume Motte, auxquels se joignent les non moins complices Pierre-Stefan Montagnier et Aurore Paris. Cinq interprètes formidables pour jouer tous les rôles et interroger l’effroyable dilemme qui traverse la pièce, et s’adresse à tout le monde : « Être ou ne pas être. C’est la question. » Problématique qui provoque un questionnement intemporel : sommes-nous les héritiers obligés des actes des générations précédentes, peut-on s’en affranchir ? 
DOMINIQUE MARÇON
Décembre 2019

Hamlet a été joué les 14 & 15 novembre au Théâtre d’Arles

Photo : © Gilles Le Mao

Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com