Vu par Zibeline

Cartas a María, un documentaire de Maite García Ribot à Cine Horizontes

Lettres du passé

• 19 novembre 2016 •
Cartas a María, un documentaire de Maite García Ribot à Cine Horizontes - Zibeline

En lisant le synopsis de Cartas a María, on peut se dire « Encore un film sur la guerre civile espagnole ! » que les petits enfants de ceux qui ont combattu évoquent  depuis que la parole s’est libérée en Espagne.  Mais aborder ce sujet par les 46 lettres de son grand-père que la réalisatrice a retrouvées à la mort de son  oncle, renvoie le spectateur au silence, aux secrets de chaque famille, histoire singulière et universelle à la fois.

Maite García Ribot fait ici  un vrai travail de mémoire : retrouver le parcours de ce grand père, dont on ne parlait pas, Pedro García León, anarchiste, militant de la CNT.  Redessiner une cartographie en allant sur les lieux mêmes, mêlant images du passé, films, photographies, témoignages et  extraits émouvants de la correspondance avec Maria, sa femme.

Pedro García León , accompagné de son frère, a quitté  Gergal, le village où il s’était réfugié avec Maria et ses deux enfants, dont Flores, le père de la réalisatrice, aujourd’hui atteint de la maladie d’Alzheimer. Il a traversé la frontière à Puigcerdà. Il  s’est retrouvé  en 1939 au camp de Septfonds avec ses compagnons de la colonne Durutti,  puis à Toulouse. Il passe plusieurs mois au camp du Vernet en Ariège,  réservé aux prisonniers « dangereux »  On le retrouve à Bordeaux où il habite quelque temps avec son frère. En  en mai 43, il meurt  sous les bombes alliées sans avoir revu celle à qui il n’a cessé d’écrire, Maria.

Maite García Ribot  a passé près de dix ans pour faire ce film : immense  travail de recherches pour trouver des images d’archives, images qu’elle retravaille, par des ralentis qui nous donnent à voir ces files de réfugiés, victimes de la dictature franquiste, tels des fantômes surgis du passé, pour nous rappeler, en ces temps troublés, les blessures de l’exil.

Un film  pour faire revivre le grand- père qu’elle n’a pas connu  « en exil 2 fois, de son pays et de la mémoire familiale »

Cartas a María fait partie de la compétition/ documentaires du 15e Cine horizontes qui se déroule du 17 au 24 novembre, et sa réalisatrice a parlé de son travail au cinéma Le Prado samedi 19 novembre.

ANNIE GAVA
Novembre 2016

Photo : Cartas a María © Chuck prod


Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/


Horizontes del Sur
6-8 rue de Provence
13004 Marseille
04 91 08 53 78
http://www.horizontesdelsur.fr/