Chausson, le Littéraire, enregistré au Festival Musical Nigella, à retrouver chez Klarthe

Lettres diaphanesVu par Zibeline

Chausson, le Littéraire, enregistré au Festival Musical Nigella, à retrouver chez Klarthe - Zibeline

Déjà à l’origine, l’an dernier, d’un formidable Ravel, l’exotique, l’ensemble Musica Nigella consacre cette année un nouvel enregistrement à Ernest Chausson, capté lors de la dernière édition de leur festival. Plus confidentielle que les grands tubes impressionnistes, l’œuvre certes peu fournie du compositeur a pourtant su accompagner avec eux la mue de la musique française fin de siècle. L’orientalisme y tient un rôle déterminant : les harmonies et mélodies éthérées y délaissent les tensions des chromatismes pour jouer davantage sur la suspension, nouveaux rythmes et nouvelles couleurs à l’appui. Nul doute que cette œuvre aurait compté au même titre que celle de Debussy ou de Ravel, si Chausson n’était pas arrivé si tardivement à la composition, et s’il n’était pas décédé prématurément, à l’âge de 44 ans. Takénori Némoto, pour célébrer la délicatesse chambriste de l’écriture, s’est attelé à une reconstitution peu commune de La Tempête, musique de scène adaptée de Shakespeare. À partir des deux partitions demeurées à la postérité, pour voix et piano et pour voix et orchestre, le chef et corniste a élaboré un arrangement pour six instruments : violon, alto, violoncelle, flûte, harpe et célesta. Les jeux de timbres s’y révèlent passionnants, et les lignes soigneusement esquissées : les voix entremêlées de Louise Pingeot et d’Éléonore Pancrazi s’y font mobiles, entre tintinnabulements contemplatifs et envolées dramatiques. Donnée en prélude, la plus célèbre Chanson perpétuelle, œuvre ultime du compositeur, déploie cette même alchimie, si rare, entre intuitivité mélodique et transparence harmonique, transcendée par la voix riche et versatile d’Éléonore Pancrazi. Ce penchant poétique et mélancolique demeure sur Concert : l’influence de César Franck y est tangible, enrichie d’un sens post-romantique du lyrisme que n’auraient pas renié les plus grands. Autant dire qu’on saura gré à Chausson, le Littéraire d’avoir su si bien le rappeler !

SUZANNE CANESSA
Juin 2020

Chausson, le Littéraire
Disponible chez Klarthe