Vu par Zibeline

« Désaccords Parfaits » ou comment rendre accessible la musique contemporaine aux jeunes publics… mais pas que !

L’esprit Télémaque !

• 19 octobre 2016, 22 octobre 2016⇒23 octobre 2016 •
« Désaccords Parfaits » ou comment rendre accessible la musique contemporaine aux jeunes publics… mais pas que ! - Zibeline

Pour leur temps jeune public « Grandes musiques pour petites oreilles », imaginé à l’automne 2016 par l’Ensemble Télémaque, en partenariat avec le pôle Les Théâtres (dir. Dominique Bluzet), Raoul Lay convoque diverses formes : de l’orchestre symphonique au complet illustrant les récits de Pierre et le loup (Prokofiev) ou de La chèvre de M. Seguin (Olivier Penard), à l’orchestre de chambre pour une pédago-ludique « Histoire de la musique en 22 mn » (voir www.journalzibeline.fr/critique/tout-une-histoire), jusqu’à un trio minimal composé d’une chanteuse (Brigitte Peyré), d’un trompettiste (Gérard Ocello) et d’un comédien-surprise (Olivier Pauls… également metteur en scène). C’est sous cette forme qu’on tente une expérience osée qui avait déjà porté ses fruits lors de la présentation il y a trois ans de « Corpus fictif » (voir www.journalzibeline.fr/critique/contemporaine-hilare-et-soldat-denfer) : on réussissait alors le pari de faire appréhender par un jeune public des œuvres vocales contemporaines.

14671189_1186543888106822_8959045042896693367_n

C’est ce qui se produit derechef avec « Désaccords parfaits », reformaté pour des lieux intimes (Galerie Andiamo-POC, Librairie Maupetit, FIDMarseille) et un public très jeune ! En moins de trois quart d’heures c’est à du théâtre clownesque qu’on est convoqué.

Une diva historico-histérique perturbée par un fan, trublion et naïf, alors qu’elle s’apprête à se lancer dans duo sérieux avec un trompettiste bonhomme, perd la boule et divague. Ce qu’on sait moins… c’est qu’elle interprète scrupuleusement des partitions de théâtre musical signées Georges Aperghis (Récitations), les célèbres élucubrations en onomatopées des comic strips américains de Cathy Berberian (Stripsody), embraye sans ciller après une « Brève pour instrument parlant » de Jacques Rebotier, répond note à note à la trompette dans des duos de Max Lifchitz (Honey, Insects ou Do animal Think ?)… Les pièces s’enchaînent sans collage apparent et que petits (ou grands) s’en rendent vraiment compte. Les pages se tournent et se détournent dans un esprit burlesque, la scène se mue en chasse à l’insecte, haka surréaliste, dictée dictatoriale… Tout semble déraper, mais dans un lâcher-prise judicieusement contrôlé. La performance de Brigitte Peyré s’avère, comme souvent, délirante et virtuose. Elle s’inscrit dans le lignage riche et éclectique du mythe vocal Cathy Berberian. Elle est enluminée par la présence débonnaire, sonore et scénique, de Gérard Ocello, la finesse de jeu d’Olivier Pauls, étrange étranger qui, de fil en aiguillon, oscille entre la marionnette et le marionnettiste… Unique !

JACQUES FRESCHEL

Octobre 2016

« Désaccords parfaits« , les 19, 22 et 23 oct à Marseille.

Photos D.R.

www.lestheatres.net

www.ensemble-telemaque.com


FIDMarseille
Association Vue sur les Docks
14 Allée Léon Gambetta
13001 Marseille
04 95 04 44 90
http://www.fidmarseille.org/dynamic/


Librairie Maupetit
142 La Canebière
13001 Marseille
04 91 36 50 50
http://www.maupetitlibraire.fr/