Un film choral, coloré, espiègle et oulipien, à savourer de 3 à 90 ans

Les Voisins de mes voisins sont mes voisinsVu par Zibeline

• 2 février 2022⇒9 février 2022 •
Un film choral, coloré, espiègle et oulipien, à savourer de 3 à 90 ans - Zibeline

Pour peu qu’on ait suivi le travail d’Anne-Laure Daffis et de Léo Marchand, qu’on se souvienne en particulier de leurs deux merveilleux courts-métrages : La Saint Festin (primé à Clermont-Ferrand en 2008) et La Vie sans truc (2013), leur dernier long métrage d’animation, Les Voisins de mes voisins sont mes voisins sera l’occasion de retrouvailles. Retrouvailles, entre autres, avec l’ogre belge poilu, moustachu et édenté auquel François Morel prête sa voix. Avec Popolo, le tendre magicien italien et son assistante la mal nommée Amabilé qu’il a coupée en deux par maladresse. Retrouvailles avec l’univers coloré, décalé, espiègle, oulipien, poétique des réalisateurs. Et, pour ceux qui le découvriront, ce sera, à n’en pas douter, une belle trouvaille.

Dans un même immeuble (à la Perec), on a un François Trouducou, ingénieur-randonneur «  amateur semi-professionnel de niveau intermédiaire confirmé », bloqué dans l’ascenseur en panne, son chien Picasso philosophe résigné, Rosa une concierge qui forcément est dans l’escalier. Au 2ème, une Isabelle, danseuse de flamenco qui confie ses deux enfants à son voisin sans savoir qu’il est ogre et affamé. Au 4e , M. Demy (comme Jacques), un vieil homme amoureux des jambes sans corps d’Amabilé, qui se sont réfugiées dans sa cave. Et une Mireille qui joue l’Arlésienne. Non loin de là, on erre dans un terrain vague d’une vague périphérie urbaine où stationnent les roulottes abandonnées d’un cirque miteux. Là, boude Amabilé-cul de jatte, et sautille le lapin blanc sorti du chapeau de Popolo désormais au chômage. On se rend dans les bureaux vides de Paule Emploi et au supermarché Méga U. Des personnages et des espaces à rapprocher. « L’idée de départ était de faire un Short Cuts pour enfants, sans avoir les transitions qu’on voit habituellement dans ce genre de programme, explique Léo Marchand. Nous avons alors retravaillé toutes les séquences pour que les histoires se croisent plus ou moins et qu’elles se répondent. »

Les Voisins de mes voisins sont mes voisins, c’est donc un film choral dont le titre souligne l’idée de proximité, d’affinités spatiales et de continuité dans la chaîne narrative. Le fil scénaristique relie des trajectoires et dans le même temps, les réalisateurs cousent des éléments hétéroclites : animation traditionnelle, papier découpé, dessin, stop motion, prise de vue réelle, GoPro, archives télé. On passe d’un cirque à la Fellini à une scène de thriller gore. D’un terrain vague où traînent des parpaings et du papier hygiénique à un appartement-bonbonnière au point de canevas, du tunnel où périt Lady Di, à l’autoroute des vacances sur du Trénet. À côté de la voix de Morel, on reconnaît celles de Philippe Katerine, Arielle Dombasle et Valérie Mairesse qui semblent beaucoup s’amuser. Avec ses jeux de mots, ses clins d’yeux, ses citations verbales et musicales, ce film s’adresse aux petits comme aux grands.

ELISE PADOVANI
Octobre 2021

Sortie : 2 février 2022

Photo : Copyright Jour2Fêtes