Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Pas pleurer de Lydie Salvayre adapté au théâtre par Denis Laujol

Les surprises de la mémoire

Pas pleurer de Lydie Salvayre adapté au théâtre par Denis Laujol - Zibeline

C’est avec une émotion constante que le public du Théâtre des Doms quitte le spectacle mis en scène par Denis Laujol, merveilleusement tiré du livre-souvenir Pas pleurer que Lydie Salvayre a consacré à sa mère Montserrat, dite Montse, Prix Goncourt en 2014. L’auteure fait revivre la vie de cette femme qui à 16 ans a été dépossédée de sa famille, de son pays et de l’homme qu’elle a aimé ; un français combattant aux côtés des forces républicaines qu’elle n’aura connu qu’une nuit mais dont elle s’est retrouvée « embarazada » d’une petite fille, la sœur de Lydie. Vite mariée au village mais obligée de partir vers la France pour échapper à l’armée franquiste qui gagne du terrain en 39. « Pas pleurer », répète-t-elle à l’enfant qu’elle sauve et qui la sauve. Au début la comédienne, talentueuse Marie-Aurore d’Awans, elle-même d’origine espagnole, joue à merveille le dialogue de Montse et Lydie. Beau travail d’appropriation de l’accent, de la langue maladroite mais savoureuse, du corps voûté et de l’œil pétillant à l’évocation de ses souvenirs. Car Montse, âgée désormais de plus de 90 ans, ne se souvient plus que de sa jeunesse, de son amour et du goût de l’anisette découverte à Barcelone quand elle est partie avec son frère pour faire la révolution. À travers l’évocation de la vie du village et de ses habitants, le spectateur revit le déroulement de la prise du pouvoir par Franco et l’anéantissement des espoirs de liberté et de progrès. Mais aussi l’union révoltante de l’Église et du pouvoir dénoncée à son époque par Bernanos pourtant royaliste et catholique fervent. Le spectacle est rythmé avec finesse, alternant les moments d’émotion et ceux, tumultueux, de la fille qui veut vivre deux fois plus : pour sa mère et pour elle. Ainsi Marie-Aurore d’Awans déploie tout son talent de rockeuse, accompagnée par la guitare énergique de Malena Sardi. En fond de scène, des peintures originales d’Olivier Wiame ont été filmées par Lionel Ravira. Un spectacle complet, émouvant, qui plaide pour qu’on ne baisse jamais les bras.

CHRIS BOURGUE
Juillet 2018

Pas pleurer s’est joué au Théâtre des Doms durant le Festival Off d’Avignon et a obtenu le Prix de la critique du théâtre 2017 en Belgique

Photographie : Pas pleurer © Yves Kerstius