Les salamalecs d’Olivier DuboisVu par Zibeline

 - Zibeline

Que doit-on retenir d’Itmahrag, la dernière création d’Olivier Dubois ? Six jeunes chanteurs-danseurs urbains égyptiens survoltés mettent le souk pour crier leur révolte et contredire un avenir compromis par leur condition sociale. Tantôt chauffeurs de salle, boys band tendance hip-hop, provocateurs gentillets ou clubbers enragés, ils sont le reflet d’une génération post-Printemps arabe qui trouve dans la fête, la danse et la musique un exutoire à la chape de plomb d’une société qui les bride. Adeptes du mahraganat, un courant de l’électro en vogue qui fait polémique au Caire, les performeurs défient les conservatismes en fumant sur scène, en exposant leur plastique ou en escaladant les balcons. Conquis par la culture d’un pays dans lequel il tisse des liens depuis plusieurs années, Dubois s’offre ici une parenthèse hédoniste, célébrant la fougue et la beauté. En donnant libre cours à un show acrobatique mais poussif, dont on perçoit difficilement l’intention narrative, le chorégraphe n’est pas des plus convaincants. Contrairement à ses protégés.

LUDOVIC TOMAS
Juillet 2021

Itmahrag a été joué  les 8 et 9 juillet, au Silo, dans le cadre du Festival de Marseille

Photo Itmahrag, Olivier Dubois © Pierre Gondard