Le Chantier de Correns poursuit son exploration des musiques du monde avec Divano Dromensa

Les routes du voyageVu par Zibeline

Le Chantier de Correns poursuit son exploration des musiques du monde avec Divano Dromensa - Zibeline

Le weekend musical du Chantier de Correns consacré aux diverses formes des musiques tsiganes revenait aux racines slaves avec le groupe Divano Dromensa. Cet ensemble, que l’on a déjà applaudi dans la salle bien nommée La Fraternelle, a encore affiné sa musicalité, éprouvé sa technique, aiguisé sa complicité, et trouve ici une liberté vivifiante où chacun endosse sa place en harmonie avec les autres, apportant son histoire, sa sensibilité, voix multiples qui se fondent en un répertoire inventif sans jamais se perdre. Leur « café tsigane russe » relie la « Mer Blanche » d’Odessa à la « Mer Noire », fait des incursions en Méditerranée, passe par les Carpates, la Roumanie, les Balkans, se nourrissent de vieilles mélodies polonaises, s’endiablent sur des rythmes qui flirtent avec le swing, retournent aux harmoniques traditionnelles puis s’envolent en improvisations bouleversantes de vérité. Estelle Panné à la guitare et au chant enfièvre la scène, esquisse des pas de danse, tient la mélodie puis tisse un contrepoint à l’air entonné par l’accordéoniste Vassili Tcheretski, ancien soliste des Chœurs de l’Armée Rouge, au répertoire et à la faconde inépuisable. La contrebasse que son instrumentiste et luthier Camille Wolfrom a conçue, souligne tempi et mesures, reprend le thème l’ornemente, tandis qu’Alexandre Zuanon, à la guitare ou au bouzouki, glisse un blues espagnol au cœur de la grandiloquence (qui ne se prend jamais au sérieux) slave. La virtuosité du violon de Nicolas Ortiz, venu du classique (mais pas seulement), accorde sa puissance onirique à l’ensemble. Une certaine espièglerie se mêle à tout cela, convoque l’hymne de Tsiganes, Djelem djelem, convie à partager un verre… de lait (dans Bratuchka), puis nous plonge dans l’immortel regard des Yeux noirs. Les anecdotes fleurissent, Vassili évoque le cabaret Raspoutine à Paris, Gagarine, Mireille Mathieu, Joe Dassin, Moscou, la France qui protège les expatriés… Un hymne à l’humanité !

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2020

Concert donné le 18 octobre au Chantier, à Correns

Photographie : Divano Dromensa © FabB

Le Chantier
Centre de Création de Nouvelles Musiques Traditionnelles
Fort Gibron BP24
83570 Correns
04 94 59 56 49
http://www.le-chantier.com/