Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Au In d'Avignon, les oeuvres d'Olivier Py et Robin Renucci ont laissé les femmes sur leur faim

Les petits garçons à l’œuvre

Au In d'Avignon, les oeuvres d'Olivier Py et Robin Renucci ont laissé les femmes sur leur faim - Zibeline

Le projet de Robin Renucci, dorénavant directeur des Tréteaux de France, est dans le droit fil de ce qu’il a entamé dans son sublime village corse : il donne en partage, simplement, le théâtre, auprès des jeunes, des amateurs, des provinciaux, des éloignés. Son montage de textes, accompagnés avec virtuosité de piano romantique, passe de Valéry à Gary, de Rimbaud à Proust, et l’on prend un plaisir réminiscent à écouter ses textes qui disent comment les petits garçons deviennent écrivains, poètes, poussés par le désir plus ou moins bienveillant de (et pour) leur mère, leurs grandes sœurs, la voisine. Les textes sont magnifiquement nuancés par un Robin Renucci débordant d’émotion contrôlée, et de douceur. On voyage avec lui, et pourtant… Nous, ex-petites filles, alimentées par une éducation nationale qui n’a jamais daigné inscrire une auteure au programme du bac, ne pouvons oublier comment nous avons dû pour aimer la littérature revêtir, malaisément, le costume autobiographique impropre des garçons. Et comment nous nous sommes enfin senties femmes en littérature en lisant Sarraute, George Sand, Colette, et plus tard Annie Ernaux, Toni Morrison, Virginia Woolf ou Elena Ferrante. Le projet d’amener la littérature vers les scolaires ne peut pas continuer à faire croire aux petites filles qu’elles n’ont jamais été « à l’œuvre »…

Le discours féministe d’Olivier Py est tout aussi déroutant que la bonne foi borgne de Robin Renucci. Le directeur du Festival programme des metteurEs en scène en nombre pour la première fois depuis 1947, mais dans des jauges si petites que quelques centaines de spectateurs, sur les 120 000 du In, verront les créations d’Ambra Senatore ou Dorothée Munyaneza. Les images de femmes que le public a pu voir sur scène durant les premiers jours du Festival  sont des créations masculines. Comme les personnages féminins des Parisiens.

La dernière pièce d’Olivier Py, adaptée de son roman, ressasse ses obsessions, ses figures, sa joie. Le jeune metteur en scène homosexuel, le ministre de la Culture libidineux, le mystique, ceux qui veulent devenir directeur et… les femmes qui les entourent. Sans aucune ambition artistique, hors celle d’être actrices. Celles qui veulent changer le monde mènent des intrigues de couloir, ou défendent le droit à la prostitution comme révolution symbolique. « Etre femme c’est politique ». « On  ne naît pas femme, on le devient ». Certes, mais homme aussi, cisgenre ou pas. Tout cela se construit, par volonté et par désir…

En dehors de ce discours féministe mal cadré, Les Parisiens ne déclenchent ni enthousiasme ni scandale. De la lassitude plutôt : habitués depuis des années à la langue flamboyante de l’auteur, à ses enflures parfois sublimes et parfois indigestes, à ses personnages queers, trans, gays, à sa recherche de la transcendance par l’avilissement, à ses comédiens hors du commun, à l’inventivité géométrique et baroque de son scénographe/costumier/musicien Pierre André Weitz, on entend la même histoire, en se disant qu’il faudrait aujourd’hui qu’il regarde ailleurs. Loin de l’entre-soi culturel qu’il honnit mais poursuit de sa vindicte, et nous propose année après année, dans les soubresauts d’un monde qui se noie et dont son Festival rend compte pourtant, avec ténacité et intelligence.

AGNÈS FRESCHEL
Juillet 2017

Les Parisiens s’est jouée à La Fabrica jusqu’au 15 juillet, L’enfance à l’œuvre au collège Anselme Mathieu jusqu’au 26 juillet 2017.

Photo : L’Enfance à l’oeuvre, Robin Renucci et Nicolas Stavy -c- Christophe Raynaud de Lage


Festival d’Avignon
Cloître St-Louis
20 rue du Portail Boquier
84000 Avignon
04 90 27 66 50
http://www.festival-avignon.com/


La FabricA
55 Avenue Eisenhower
84000 Avignon
04 90 27 70 50
http://lafabrica.festival-avignon.com/