Vu par Zibeline

Ulysses est là ! au Musée Granet d'Aix en Provence jusqu'au 12 janvier

Les petits cailloux de Georges Tony Stoll

• 15 octobre 2013⇒12 janvier 2014 •
Vérifier les jours off sur la période
Ulysses est là ! au Musée Granet d'Aix en Provence jusqu'au 12 janvier - Zibeline

L’intervention pérégrine de l’artiste marseillais Georges Tony Stoll au Musée Granet devrait, selon les commissaires d’exposition, construire «un dialogue singulier entre les images, entre peinture et photographie, rendant perméables les codes de l’une et de l’autre pour recomposer, de signes figuratifs en terrain abstrait, un réel imaginaire». Sans contester la qualité de son œuvre photographique qui conduit vers ses «territoires de l’abstraction», la question du dialogue reste entière : ses interventions invitent au mieux à jouer à cache-cache avec les collections, au pire à partir à la chasse aux traces, aux signes. Car ses photographies se comptent sur les doigts de deux mains quand les salles regorgent de peintures et de sculptures. Il faut garder l’œil averti pour les débusquer et la majorité des visiteurs passent devant sans même leur jeter un regard… Dommage, quand l’enluminure photographique L’Éclaireur (1997) se joue d’un compagnonnage illustre et d’un jeu de regards obliques avec le Portrait de Granet peint par Ingres ; quand le triptyque Achab tiré de la série Moby Dick (1994/2000) tire le portrait en pied d’un corps entravé par un ruban adhésif, habilement accroché entre un Orphée dénudé sculpté par Paul Aubert en 1893 et un Paysan du Danube ceint à la taille d’une peau de bête (Henri Vidal, 1892 env.). Ce n’est donc pas l’emplacement des photographies qui est à déplorer car il fait sens à tous les coups, c’est leur nombre a minima, le manque de signalisation et d’outil pédagogique pour que le dialogue soit activé, et fécond ! D’ailleurs seuls les espaces habités par Cézanne sont exempts de toute présence stollinienne, et l’on s’interroge : volonté de l’artiste de ne pas polluer l’espace sacré ou du directeur du musée pour ne pas troubler les visiteurs venus spécialement pour le maitre aixois ? On se prend aussi à regretter l’absence «des formes indomptables» de G.T. Stoll dans les escaliers menant aux diverses salles, comme le fait si judicieusement la Collection Lambert à Avignon qui aime prolonger l’épopée homérique d’un artiste jusque dans ses coursives…

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Octobre 2013

Ulysses est là !
jusqu’au 12 janvier
Musée Granet, Aix-en-Provence

Photo : Georges Tony Stoll, sans titre (le calme), 2009, 100×67 cm © Courtesy Jérôme Poggi

 


Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
04 42 52 88 32
http://www.museegranet-aixenprovence.fr/