Spectacle partenaireVu par ZibelineLa Servante Maitresse à Aix au Jeu de Paume.

Les noces de Serpine

• 15 novembre 2013 •
La Servante Maitresse à Aix au Jeu de Paume. - Zibeline

Créé en 1733 à Naples, l’intermède lyrique La Serva Padrona connait un grand succès et devient rapidement une pièce autonome. Vingt ans plus tard (Pergolèse est mort entre temps à l’âge de 26 ans), cet opéra de poche est représenté à Paris et déclenche la fameuse « Querelle des Bouffons » qui opposa ramistes (défenseurs de la tragédie lyrique française) et rousseauiste (affirmant la supériorité de l’opéra italien).

A Aix, au Théâtre du Jeu de Paume le 15 novembre, c’est en français qu’on découvre La Servante Maîtresse ! Il nous faut quelques mesures d’acclimatation pour se faire à la langue, habitués que nous sommes de l’entendre dans celle de Metastase. Mais on se rend à l’évidence : le spectacle gagne en accessibilité, s’adresse ainsi à tous les publics ! D’autant plus que la mise en scène du trio de personnages est délibérément burlesque, la farce clownesque. On s’amuse aux galipettes de Scapin (rôle muet de Nicolas Gaudart), de son travestissement en capitaine fanfaron plus benêt que nature, à l’inversion ancillaire du « La ci darem la mano » mozartien : car c’est  la servante Serpine qui mène le jeu de la séduction. On applaudit la scénographie efficace de Jeanne Roth (& C°), l’idée d’une « boite à lucarnes » contraignant le jeu des acteurs à un rapport facial au public, mais libérant le maitre Pandolphe au moment où l’enveloppe  s’ouvre, avec fracas, à l’image d’un cœur à l’éveil du désir…

Dans la très périlleuse partition pour une basse bouffe, exigeant une tessiture ample, Paul-Alexandre Dubois est impeccable (esquivant juste quelques graves profonds) et son jeu comique, au gré d’une articulation virtuose, itérative, tortueuse, s’avère de haut-vol. La soprano Sevan Manoukian endosse progressivement l’habit de la mariée tandis que, roucoulades à l’appui, parodiant les tragédiennes, sa coiffe se dénoue à l’orée de l’amour.

On célèbre enfin, pour parfaire la noce, l’alliance des voix avec l’accompagnement chambriste des cordes baroques de l’ensemble Café Zimmermann.

JACQUES FRESCHEL

Novembre 2013

Un spectacle également donné au Théâtre des Salins le 12 nov.

Photo : La Servante Maîtresse © Victor Tonelli

Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net

Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/