Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch : une sidérante adaptation au théâtre

Les mots rouges

La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch : une sidérante adaptation au théâtre - Zibeline

Sept voix témoignent, sept prises de parole successives qui disent la fin d’une utopie, le socialisme, et le réveil douloureux dans un pays inconnu, passé de l’URSS à la Russie en un temps si court. C’était le socialisme, c’était leur vie, et c’est leur vérité qui est donnée à entendre.

Ces sept récits sont tirés du livre de Svetlana Alexievitch, La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement (Actes Sud), qu’Emmanuel Meirieu adapte à la scène. La journaliste biélorusse, Prix Nobel de littérature 2015, a recueilli pendant près de quarante ans la parole de celles et ceux « qui avaient totalement adhéré à l’idéal, qui l’avaient si bien intégré qu’il leur était impossible de leur arracher […] », pour écrire « l’histoire du socialisme “ domestique ”… “ intérieur ”. La façon dont il vivait dans l’âme des gens ».

Le choix de textes opéré par Emmanuel Meirieu alterne avec finesse les générations et ressentis, faisant s’entrechoquer les mondes, rescapés des Goulags ou bourreaux, vieux communistes déboussolés ou jeunes « nouveaux capitalistes » plus enclins au changement. Tous ont vécu la dissolution de l’Empire soviétique, ont vu s’envoler leurs idéaux et arriver le capitalisme.

Dans un décor (de Seymour Laval et E. Meirieu) où règne le chaos, inspiré des lieux publics en ruine de Prypiat, ville ukrainienne proche de Tchernobyl, les acteurs se succèdent, se croisant, se rencontrant pour certains, et s’écoutant parfois. Devant un drap déchiré en fond de scène, sur lequel sont projetés des images d’archives et leur visage en surimpression, ils font face au public, devant un micro, ne jouent pas, ou si peu. Mais palpables dans leurs voix, dans les intonations subtiles, les modulations et nuances, la tension et l’émotion. Anouk Grinberg, Stéphane Balmino, Evelyne Didi, Xavier Gallais, Jérôme Kircher, Maud Wyler et André Wilms sont d’exceptionnels passeurs de ces vies fracassées.

Ce qui se dit là a été vécu. Et c’est sidérant.

DOMINIQUE MARÇON
Mars 2019

La fin de l’homme rouge a été donné le 26 février au théâtre de l’Olivier, à Istres, et tournera dans la région la saison prochaine (Marseille, Aix, Château-Arnoux, Draguignan, Toulon, Nice…)

Photo : La fin de l’homme rouge c Nicolas Martinez


Théâtre de l’Olivier
Avenue Léon Blum
13800 Istres
04 42 56 48 48
http://www.scenesetcines.fr/