Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Amnésiques de Géraldine Schwartz : interroger la « gestion du passé »

Les Mitläufer

Les Amnésiques de Géraldine Schwartz : interroger la « gestion du passé » - Zibeline

Ceux que la journaliste franco-allemande Géraldine Schwarz nomme les Mitläufer composent la majorité des Allemands qui, sous le troisième Reich, ont « marché avec le courant », par conformisme ou opportunisme, contribuant ainsi à l’affirmation d’un régime totalitaire et génocidaire. Contrairement à certaines idées véhiculées, il était pourtant possible de dire non : en 1941, une contestation citoyenne avait permis d’interrompre le programme d’extermination des personnes handicapées. En Italie, l’Holocauste fit moins de victimes parce que la majorité du peuple et de l’administration refusa de collaborer.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Opa, le grand-père de l’auteure, fut un Mitläufer. Il adhéra au parti national-socialiste et acheta, au-dessous de sa valeur, l’entreprise d’un homme d’affaires juif forcé de fuir. Par le truchement de son histoire familiale, l’auteure interroge la responsabilité du peuple allemand de cette époque, et de ce qu’il en advint dans la mémoire collective. D’un refoulement commode à la reconnaissance progressive d’un passé accablant, elle mène une réflexion profonde sur la Vergangenheitsbewaligung, la « gestion du passé » : des décennies de lutte mémorielle furent nécessaires à l’émergence d’une conscience nationale. Cette question dépasse les frontières germaniques : à l’orée de la Guerre froide, les pays vainqueurs (États-Unis, Royaume-Uni, France) donnèrent la priorité aux intérêts économiques, scientifiques et géopolitiques, et bâclèrent le processus de dénazification. Pour mettre fin au mythe véhiculé par le général de Gaulle d’une France largement résistante, il fallut attendre 1973 et les recherches de l’historien américain Paxton, ramenant à 2 %, soit à quelques milliers, le nombres de résistants actifs, et démontrant que la collaboration fut en réalité une proposition de la France. L’ouvrage de Géraldine Schwarz est un essai dense, pertinent et vif, fruit d’une recherche vaste, qui parcourt la problématique mémorielle de l’ensemble des pays d’Europe sur la période, et fait le lien avec une actualité en demi-teinte, entre la symbolique forte de l’accueil de 890 000 réfugiés syriens en 2015 en Allemagne, et la montée de partis extrémistes et xénophobes comme l’AfD dans ce pays, le FPÖ en Autriche, le FN en France…

MARION CORDIER
Décembre 2017

Les Amnésiques Géraldine Schwarz
Éditions Flammarion, 20 €.