Le grand metteur en scène flamand Guy Cassiers adapte Virginia Woolf au Théâtre Joliette-Minoterie de Marseille

Les mille vies d’OrlandoVu par Zibeline

• 5 décembre 2013⇒7 décembre 2013 •
Le grand metteur en scène flamand Guy Cassiers adapte Virginia Woolf au Théâtre Joliette-Minoterie de Marseille - Zibeline

Le théâtre de la Joliette créait l’événement en décembre en accueillant pour la première fois à Marseille le grand metteur en scène flamand Guy Cassiers et son adaptation théâtrale d’Orlando, roman souvent qualifié d’ «inclassable» de la très peu classable Virginia Woolf. Biographie imaginaire d’un lord anglais né homme, sous le règne d’Elisabeth au XVIe siècle, se réveillant femme en Orient au XVIIIe, pour devenir en 1928 une poétesse reconnue alors qu’elle est retournée dans son pays natal qui a bien changé en trois cents ans ! Un voyage littéraire où les genres se mêlent, un conte initiatique fantastique, parodique, picaresque avec ses reines, princes, ducs, bohémiens, métamorphoses et un héros aux mille et une histoires qui a toujours trente ans. Une vie-fleuve dont Katelijne Damen, blonde, pâle, lumineuse, toute de blanc vêtue, seule sur scène, devient la biographe et le média. Sa voix caressante chante un néerlandais sur-titré, dans un flux continu accroché parfois par un commentaire décalé, humoristique, facétieux. Son corps immobile ou arpentant énergiquement le plateau (découvrant des baskets sous la robe élisabéthaine), foule un plan horizontal composé de quatre dalles mobiles, qui se projette à la verticale sur grand écran. Il y apparaît parfois, en partie : mains, visage, tête, sur fond de cartes anciennes, photos, textes superposés, paysages, identifiables ou grossis jusqu’à l’abstraction. Arabesques bleues, jaunes, orangées, surfaces craquelées, consumées, grattées. Effets kaléidoscopiques, correspondances sensorielles, représentation poétique des fragments disjoints du réel, on est submergés par cette scénographie, admiratifs devant la performance de l’actrice qui, ôtant peu à peu les couches de son costume, clôt l’aventure sur fond blanc, couchée sur le sol, identifiée à celui/celle dont elle a parcouru les vies.

ÉLISE PADOVANI
Décembre 2013

Orlando a été joué du 5 au 7 décembre au Théâtre Joliette-Minoterie, Marseille

Photo : Orlando-©-Frieke-Janssens

Théâtre Joliette
2 place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 74 28
www.theatrejoliette.fr