Vu par Zibeline

Paroles de Gonz' de Nadjette Boughalem au théâtre des Halles

Les mecs de Nadjette

Paroles de Gonz' de Nadjette Boughalem au théâtre des Halles - Zibeline

À Avignon, une femme metteure en scène fait depuis des années un travail remarquable.

Nadjette Boughalem a animé des ateliers théâtre pendant des années dans la périphérie, particulièrement pauvre et difficile, d’Avignon. En 2018, le Festival d’Avignon a programmé ses Paroles de Gonz’, le théâtre des Halles le reprogramme plus d’un an plus tard, et sa forme évolutive fait apparaître quelques changements, un regain de rythme et de force grâce à certains resserrements bienvenus.

Mais l’essentiel reste inchangé : il y est toujours question de combats, celui des travailleurs du sexe, celui contre les « stigmatisés en loden rouge » qui forment une troupe facho hétéroclite avec les paramilitaires et les défenseurs du Christ en croix… On y retrouve le rap formidable de Tariah Rézaiguia qui demande à ses frères d’arrêter de se comporter en pères surprotecteurs, et de la laisser vivre. On y entend aussi, par-ci par-là, des dialogues au ton oulipien de Rémi de Vos.

Des textes, de la musique, et des corps qui dansent : Nadjette Boughalem ne fait pas du théâtre documentaire. Si elle met en scène la relation problématique que les Gonz’ entretiennent à l’obligation d’être viril, c’est en démontrant qu’on peut être trav’, aimer être sur scène, prendre le plaisir du corps, du texte, cacher une sublime robe rouge sous son hijab, s’en libérer. Que la pratique du théâtre a permis cela à certains qu’elle a croisés. Mais elle ne le raconte pas, elle le montre : c’est la fiction et l’art qui libèrent…

Une démarche que l’on retrouve dans le film de Lluna Abeil, Le monde est à nous, reportage sur la création, mais surtout mise en récit de l’histoire de Nadjette Boughalem, et de certains de ses acteurs. Car Parole de Gonz’ reste un projet très rare : seuls des artistes issus de ce qu’on appelle la diversité peuvent parler des difficultés d’acceptation particulières qui sont à l’œuvre dans leur quotidien.

AGNES FRESCHEL
Octobre 2019

Paroles de Gonz’ a été repris les 26 & 27 octobre au Théâtre des Halles, Avignon, dans le cadre d’un projet éducatif auprès du collège Mistral

Photographie : Paroles de gonz © C. Raynaud de Lage


Théâtre des Halles
4 rue Noël Biret
84000 Avignon
04 90 85 52 57
http://www.theatredeshalles.com/