Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le tarot marseillais joue de ses arcanes contre les idées reçues

Les Marseillais n’aiment pas tous le foot

Le tarot marseillais joue de ses arcanes contre les idées reçues - Zibeline

Les Mexicains ne sont pas tous des narcotrafiquants. Les Mongols ne vivent pas tous dans des yourtes… « Briser les murs et les clichés », tel est l’objectif que se sont fixé les ateliers Henry Dougier, en créant la collection Lignes de vie d’un peuple, une collection « nourrie d’enquêtes où un peuple exprime sa mémoire, ses valeurs, son imaginaire, sa créativité », riche de nombreux titres déjà. Le dernier en date s’intitule Les Marseillais. Rien à voir (heureusement) avec l’émission de téléréalité éponyme, même si les auteurs sont amenés à y faire allusion. Y a-t-il un peuple marseillais ? C’est la question que se sont posée Patrick Coulomb et François Thomazeau, tous deux écrivains, journalistes… et marseillais (d’origine pour le premier, d’adoption pour le second). Pour entrer dans la réalité complexe d’une ville composée de communautés disparates, d’une ville « d’ici et d’ailleurs », dont les habitants « ont pris l’habitude et le goût de vivre côte à côte en se foutant la paix » mais dont on ne sait pas au juste s’ils vivent « ensemble ou seulement dans la même ville », les deux auteurs ont emprunté le biais du tarot de Marseille. Et interrogé vingt-deux personnalités emblématiques de la ville, comme les vingt-deux arcanes du célèbre jeu divinatoire. Ainsi se succèdent les portraits-interviews –chacun suivi d’un point plus général sur tel ou tel aspect de la ville- de celles et ceux qui font Marseille : politiques, syndicalistes, militants associatifs, personnalités du monde de la culture, de l’éducation, de la recherche, des médias, avocats, capitaines d’industrie et même bandits… Sarah Soilihi y incarne La Force, Robert Vigouroux  L’Empereur, et Le Pape bien sûr, c’est Pape Diouf. Les deux auteurs le reconnaissent, ces pages « sont à l’image de Marseille, incomplètes, imparfaites, contestables ». Mais elles ont le mérite de proposer une entrée, forcément subjective mais souvent éclairante, dans le « grand puzzle en désordre » de Marseille et de mettre en lumière les sentiments contradictoires que la ville suscite, même chez ses plus ardents défenseurs. À lire donc, pour sortir des clichés rebattus.

FRED ROBERT
Mars 2018

Les Marseillais Patrick Coulomb et François Thomazeau
Ateliers Henry Dougier Collection Lignes de vie d’un peuple 14 €