Vu par ZibelineRetour sur Don Giovanni joué au Théâtre de l'Archevêché d'Aix jusqu'au 23 juillet

Les limites de l’interprétation

• 4 juillet 2013⇒27 juillet 2013 •
Retour sur Don Giovanni joué au Théâtre de l'Archevêché d'Aix jusqu'au 23 juillet - Zibeline

Quand une mise en scène d’un opéra mythique tel que Don Giovanni de Mozart suscite autant de controverses, alors la question mérite d’être posée : Dimitri Tcherniakov, génie ou imposteur ? Certainement un imposteur de génie. Trompés ceux qui pensaient assister à la pièce de Da Ponte tant le livret devient un prétexte à dé-construction, lieu de fantasmes du metteur en scène plus que véritable lecture «entre les lignes» du «modèle» initial. Trompés les adeptes de l’unité classique de temps d’action et de lieu. Trompés les amoureux de la dimension métaphysique préromantique quand le Commandeur se mue en simple tueur à gages au service d’une famille mafieuse post corléonienne. Trompés les fidèles de Da Ponte !

Et les autres ?

Envoûtés par le spectacle proposé ! Théâtre fabuleux, drôle, subtil, au jeu d’acteur magnifique. Envoûtés par la découpe du temps, les chûtes de rideaux violentes striant l’action façon Tarantino quitte à lacérer au scalpel un récitatif d’une aria ! L’action propulsée sur le devant de la scène dès le premier quart d’heure avec des tempi endiablés semblant se figer, voire s’arrêter dans certains récitatifs, propulsant l’auditeur dans des stances d’une somptueuse beauté. Envoûtés par la capacité à considérer l’œuvre comme une matière vivante en mutation permanente, comme objet de réflexion dégagée d’une gangue normative et aseptisée. Trompés, envoûtés ? Réunis quoi qu’il en soit par la performance magnifique des chanteurs : Rold Gilfry splendide en Don Giovanni, Joelle Harvey en Zerlina, Maria Bentsson en Donna Anna, Kristine Opolais  en Donna Elvira, toutes magnifiques ! Anatoli Kotscherga, le Commandeur, Masetto, Kostas Smoriginas également très bons, et une mention spéciale pour Leporello, Kyle Ketelsen éblouissant ! Et que dire, sinon que Marc Minkowski fut, comme à son habitude, excellent à la tête du London Symphonic Orchestra.

Doit-on poser des limites à l’interprétation ? Vous avez l’été pour répondre.

CHRISTOPHE FLOQUET

Juillet 2013

Don Giovanni

jusqu’au 23 juillet

Théâtre de l’Archevêché, Aix

0820 922 923

www.festival-aix.com

Photo : DON GIOVANN (Dmitri TCHERNIAKOV) 2013

Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/