Ivan Butel fait vivre les analyses de Patrick Boucheron sur le Bon Gouvernement de Lorenzetti

Les leçons de la fresqueVu par Zibeline

Ivan Butel fait vivre les analyses de Patrick Boucheron sur le Bon Gouvernement de Lorenzetti - Zibeline

En 1355 la cité de Sienne se soulève contre le Conseil des Neuf qui gouverne la ville depuis près de 70 ans mais les insurgés épargnent « la » fresque dite du Bon Gouvernement ou La Guerre et la Paix, peinte par Ambrogio Lorenzetti 17 ans auparavant et que l’on peut toujours admirer au Museo Civico… L’historien Patrick Boucheron, dans son essai sur la force politique des images Conjurer la Peur : Sienne 1338 lui consacre une analyse passionnante et met en évidence le programme social et politique à l’œuvre dans la célèbre allégorie destinée à maintenir le lien social face aux menaces de la tyrannie ; quant au documentariste Ivan Butel il était invité le 16 octobre, en compagnie du producteur Paul Saadoun, à présenter en avant-première au Mucem son film de 52 minutes qui de manière fort claire, ne perdant jamais de vue l’horizon pédagogique, illustre à merveille la démarche engagée de l’historien et rapproche dans un panorama implacable les peurs contemporaines, les doutes et les errements politiques actuels des préoccupations de l’artiste toscan.

Les images jouent de la proximité avec formes et couleurs de la fresque et le montage reste fluide entre documents d’archives ou captations de scènes de rue, interviews de spécialistes et interventions régulières de Patrick Boucheron dont l’humour pointe avec intelligence le caractère pertinent de l’entreprise : « Ce n’est justement pas bon signe qu’on attende la parole d’un médiéviste pour éclairer notre monde. » Le va et vient entre les figures peintes et les « guerres invisibles » d’aujourd’hui installe un cours magistral que l’on reçoit volontiers, réserve faite pour cette musique dramatisante qui accompagne les étapes de la démonstration : sociétés qui se délitent (l’horreur des attentats et les humiliations d’Abou Ghraib, les crises économiques et la recapitalisation des banques) et tentation de la « seigneurie » ( les « billes de clown » de Trump ou de Berlusconi en écho à la terrible représentation du tyran aux cornes pointues et aux dents cornues) sont bien les effets du Mauvais Gouvernement ; sur le mur la Paix, à moitié étendue et mélancolique attend le moment de se lever et c’est l’espoir de Nuit Debout ou d’Occupy Wall Street qui est évoqué dans le documentaire . L’Histoire est toujours en train de se jouer et l’image de fin – folle avoine au vent – bien que convenue ou justement parce que convenue délivre un message de concorde difficile à refuser !

MARIE JO DHO
Octobre 2017

Le documentaire Conjurer la peur L’historien, la fresque et le monde était projeté au Mucem le 16 octobre

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org