Le Printemps de l’art contemporain a lancé ses expositions d'été à Marseille

Les folles journées du PACVu par Zibeline

• 13 mai 2015⇒17 mai 2015 •
Le Printemps de l’art contemporain a lancé ses expositions d'été à Marseille - Zibeline

Ce n’est pas si fréquent de voir le public envahir les espaces d’exposition de La Friche la Belle de Mai ! Du Petitrama underground au Panorama, une foule compacte a participé à la soirée de lancement du 7e Printemps de l’art contemporain, avant d’entamer un marathon de trois jours dans plus cinquante lieux associés. Les clefs du succès des vernissages, ouvertures d’ateliers, performances et œuvres dans l’espace public, nocturnes et balades urbaines tiennent à l’évolution de la manifestation. Marseille Expos a pris les bonnes décisions : inviter une commissaire indépendante, Caroline Hancock, qui donne au PAC une «hauteur de vue» supplémentaire ; lui laisser libre choix d’un sujet de réflexion et de création fédérateur, la carte postale photographique, créée à Marseille par Dominique Piazza ; travailler la communication et la médiation au-delà des cercles professionnels. Le résultat ne s’est pas fait attendre : «Destination Mars» propose une belle constellation de propositions. La Compagnie revisite la carte postale, «monument miniature», à travers des regards d’artistes installés à Marseille (Raphaëlle Paupert-Borne, Frédérique Lagny, Sara Millot, Pascal Navarro) et d’artistes étrangers, notamment l’Égyptien Basim Magdy qui s’interroge : «Le texte est-il soluble dans la couleur ?». À La Friche, Fomo de Sextant et Plus atteint un niveau de qualité et de cohérence rarement égalé, tandis qu’Astérides regarde dans le rétroviseur avec ses ex-résidents (Après avoir tout oublié) et pointe le présent avec quatre jeunes résidents (Aperçu avant impression). La Straat galerie et le Château de Servières offrent un instant T de la création de deux artistes que l’on aime à retrouver : respectivement Sylvain Couzinet-Jacques (Post-, installations photographiques) et Michèle Sylvander (À mon retour, je te raconte, photos et vidéos). La plateforme Hybrid invite Chourouk Hriech à naviguer dans l’espace urbain pour un corps à corps avec l’architecture… Et mille et une autres expositions qui quadrillent la ville du nord au sud tout l’été, voire plus…
Ce n’est pas si fréquent d’utiliser Zibeline comme élément d’une œuvre d’art pour ne pas zoomer sur l’installation monumentale de Guillaume Leblon, Le poids que la main supporte, produite par la Fondation d’entreprise Ricard. L’artiste reconstitue Marseille à partir d’objets clefs de son paysage : carcasses de voiture, porte de Frigidaire, coque de bateau… Son œuvre habite littéralement le Panorama au point d’obliger le public à l’arpenter pour en découvrir les moindres recoins, y compris la couverture de notre numéro 84 !

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2015

Le lancement du Printemps de l’art contemporain a eu lieu du 13 au 17 mai, à Marseille

Programme complet sur http://www.marseilleexpos.com

Plus d’infos sur les expositions du PAC ici : https://www.journalzibeline.fr//critique/un-carrousel-qui-nen-finit-pas-de-tourner/

Photo : Détail de l’installation de Guillaume Leblon, Le poids que la main supporte, Panorama Marseille, 2015 © MGG/Zibeline

La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/