Vu par Zibeline

La nuit ouverte de Sophie Menuet, à voir jusqu'au 4 avril au Centre d'art contemporain intercommunal d'Istres

Les chimères de Sophie

• 31 janvier 2015⇒4 avril 2015 •
La nuit ouverte de Sophie Menuet, à voir jusqu'au 4 avril au Centre d'art contemporain intercommunal d'Istres - Zibeline

À presque un an d’intervalle, Sophie Menuet investissait le Pavillon de Vendôme (lire ici dans Zib’74). Aujourd’hui le Centre d’art contemporain intercommunal d’Istres offre une autre carte blanche à ses projets chimériques.

On ne retrouvera pas dans l’hôtel particulier istréen la théâtralité kitsch du décorum aixois qui convenait si bien à l’artiste. Mais Sophie Menuet s’est arrangée avec la neutralité du white cube quasi consubstantielle aux lieux d’art contemporain, en réalisant pour l’essentiel des pièces nouvelles.

In-définitude
On retrouvera ses éléments de prédilection : personnages surnaturels en satin gonflés d’ouate, piquages, objets hybrides, autoportraits photographiques arrangés, dessins allusifs… Si les nouvelles sculptures rappellent Assemblance, avec Déterrance les êtres hypothétiques de satin noir cerclés d’aluminium semblent davantage sous contrainte que libres de se dérouler au sol où ils sont posés. Socle ou carcan ? L’absence de certitude, de dé-finitude habite chaque pièce que réalise l’artiste. Ainsi Le grand profond, une très récente vidéo projetée sur un mur parsemé de demi sphères immaculées, qui apparaissent comme des bulles pour conférer un relatif relief à ce qui reste en surface du milieu aquatique. «Ces prises de vue marines à la limite de la surface, nous laissent entrevoir un corps nimbé de tissus clairs flottants entre deux eaux. Les images sont inversées, le haut et le bas s’entremêlent, une ou plusieurs silhouettes se distendent.»

Rétrofictions
Une salle a été transformée entre cabinet de curiosités et laboratoire de savant débile d’un autre temps. Sur autant de tables basses un peu anciennes ont été déposées avec un soin muséal douze pseudo prothèses «ready made factices», qui ont servi aux « simulacres orthopédiques » des photographies accrochées au mur. Ailleurs l’irrationalité habite une collection de satins suspendus, éclairés par des lampes de chevet désuètes suspendues à l’horizontal, dont on ne sait s’ils sont vêtements ou corps. Dans ce monde habité de fantasmagories et incongruités qui se répondent l’une l’autre, l’œuvre de Sophie Menuet ne cesse d’interpeller la question de l’identité et de la troublante trace invraisemblable du temps. Les autoportraits de la série Semblance ont inspiré à l’écrivaine Sophie Braganti des extensions poétiques et fictionnelles éditées pour l’occasion chez Bellodorso. La présentation publique aura lieu le 17 février à 19h. En centre ville les Vitrines de l’art se poursuivent et bénéficient de visites guidées nocturnes avec les artistes.

CLAUDE LORIN
Février 2015

La nuit ouverte
jusqu’au 4 avril
Centre d’art contemporain intercommunal, Istres
04 42 55 17 10
www.ouestprovence.fr

Photo : Déterrance – Articulé 1,2 © Raoul Hébréard