Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés de Rachid Oujdi, un film made in Marseille pour raviver les mémoires

Les Chibanis oubliés

• 27 juin 2014, 4 juillet 2014 •
Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés de Rachid Oujdi, un film made in Marseille pour raviver les mémoires - Zibeline

Ils marchent à petits pas, les Chibanis, quand ils le peuvent encore, appuyés sur des cannes, des béquilles. Ils vivent à Marseille dans des foyers, des centres d’accueil, en butte à des tracasseries administratives indécentes. Ils sont vieux, pauvres, seuls. De 50 à 70, ces travailleurs immigrés, gens de peine, gens de peu, sont venus d’Algérie pour construire nos routes, nos immeubles. Espérant un retour rapide au pays, ils ont laissé au bled femmes et enfants, ne les revoyant qu’une fois l’an, au mieux. Ils ont connu l’indigénat de la France coloniale, la guerre d’indépendance, les Trente Glorieuses, n’ont pas bénéficié du regroupement familial, sont devenus des pères et des époux absents, pourvoyeurs de mandats. Ils ont traversé l’Histoire s’effaçant peu à peu de la mémoire collective. «Émigré» là-bas, «Bougnoule» ici, «rêvant en français, pleurant en kabyle». Piégés à la fois par le temps qui les a éloignés définitivement des leurs et par la loi française qui les contraint à demeurer sur le territoire pour percevoir les maigres allocations complétant leur retraite-aumône. Dans Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés, Rachid Oujdi reconstitue leurs parcours singuliers, juxtaposant témoignages et images d’archives. Il les saisit frontalement en gros plans, ou de dos, face à la mer de l’impossible retour, élargit le cadre pour suivre leurs corps rompus, à la démarche incertaine, ou bien, les filme, attablés, derrière les vitres embuées d’un bistrot de Belsunce, jouant aux dominos du destin, et déjà s’estompant. Ni colère, ni ressentiment en eux, de l’humour malgré la souffrance et une dignité qui force le respect. Présents avec le réalisateur, ce 27 juin, aux Variétés, ils ont bouleversé le public venu découvrir, à guichets fermés, en avant-première, ce film made in Marseille et le cadeau de Rachid : un clip tourné pour le groupe toulousain Zebda dont un extrait du futur album en résonance directe avec le travail du cinéaste, sera en ligne début juillet.

ELISE PADOVANI
Juin 2014

Le film Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés a été projeté le 27 juin au cinéma Les Variétés, à Marseille, et sera diffusé le 4 juillet sur France 3 à 00h30. Programmez votre réveil ou regardez-le en streaming mais surtout ne le ratez pas !

Photo : Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés de Rachid Oujdi


Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes