Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Grégori Baquet, bouleversant de colère dans Un obus dans le coeur de Wajdi Mouawad

L’enfance de l’art

• 20 mars 2015⇒21 mars 2015 •
Grégori Baquet, bouleversant de colère dans Un obus dans le coeur de Wajdi Mouawad - Zibeline

«On sait qu’une histoire commence quand elle est terminée… et que le silence arrive». Wajdi Mouawad a le don des mots pour conjurer ce silence et raconter les traumatismes de l’enfance. Mis en scène par Catherine Cohen, le bouleversant monologue du héros de son roman, Wahab, est interprété par Grégori Baquet. Sanguin, nerveux, mais aussi tendre et drôle, respirant la rage -et la soif- de vivre, dans une scénographie sobre et parfaitement éclairée où seule la psychologie prend place, le comédien livre un nuancier de jeu remarquable : il a reçu pour ce rôle un Molière de la Révélation masculine 2014, bien mérité. Par bourrasques, Wahab, appelé au chevet de sa mère à l’agonie, en pleine tempête de neige, nous livre la bouleversante confusion de ses sentiments, liée à la résurgence de la peur que lui inspire cet ultime rendez-vous. Sa mère va mourir et tous les souvenirs d’enfance refont surface, de l’autobus qui le mène à l’hôpital au pied du lit de la mourante, dans une colère souveraine. Cette mère «qui ne console plus» et dont le visage a changé depuis la guerre civile. Et cette guerre, «sœur jumelle» de son enfance libanaise, qui a ravagé sa mémoire, son pays, et dont le traumatisme le tient au ventre depuis. Et parce qu’«il n’y a qu’une peur d’enfant pour terrasser une autre peur d’enfant», il nous laisse l’accompagner dans sa traversée vers la mort et le deuil à faire, sans cérémonial ni pathos. Pour découvrir au bout du chemin qu’il s’est tracé, guidé par la peinture et l’art, sa propre renaissance. Touchés mais pas coulés, on vit en empathie sa mue, subjugués par l’écriture puissante, limpide, bouleversante. Ecriture revigorante surtout, grâce à laquelle l’auteur exilé, dans ses récits souvent autobiographiques, convainc de la force de la résilience par le passage à l’art. Et Wahab est un sacré artiste !

DELPHINE MICHELANGELI
Mars 2015

Un obus dans le cœur s’est joué les 20 et 21 mars au Théâtre du Balcon, à Avignon. Il sera repris durant tout le festival Off d’Avignon 2015, du 4 au 26 juillet

Photo © ifou pour lepolemedia


Théâtre du Balcon
38 Rue Guillaume Puy
84000 Avignon
04 90 85 00 80
http://theatredubalcon.org/