Thomas Leleu ensorcèle l'auditorium du Pharo

Leleu fait le showVu par Zibeline

Thomas Leleu  ensorcèle l'auditorium du Pharo - Zibeline

Ceux qui n’avaient jamais entendu le tubiste Thomas Leleu en concert sortent de l’Auditorium du Pharo réellement ébahis. «Mais comment peut-on faire tout ceci avec un tel instrument», si lourd cuivre cantonné au sempiternel enchainement tonique-dominante dans l’orchestre classique ? Entre les mains du jeune musicien (Victoire de la musique 2012 dans la catégorie «Révélation Instrumentale»), comme tenu à deux doigts, le tuba virevolte et s’envole, s’allège et chante, swingue et tempête, livre des sonorités inouïes, multi-phoniques étranges, souffle en continu pour une embouchure qui happerait trois poumons, du grave le plus sourd, laissant battre des hertz en vagues sombres, aux doubles croches ornementales, éclairs fulgurants lancés en toute hâte…

D’abord une création signée Richard Galliano, commande de la Ville de Marseille pour son Orchestre Philharmonique, où le tuba a commencé de s’émanciper d’un tapis de cordes brodé aux fils métissés de Ravel, du jazz ou du tango. Puis Convergences de Jean Philippe Vanbeselaere où le soliste a déclenché de béats bravi ! On l’a suivi dans les thèmes décollant en flèche, alors que l’orchestre, agrémenté de guitares, basse électriques, batterie, samplers, peignait autour de lui des décors symphonico-psychédéliques, jingles «west coast», batucada ou big band… Un opus séduisant au cœur d’un programme comprenant aussi la festive Ouverture du Candide de Bernstein et la grandiloquente 2e symphonie de Sibelius !

JACQUES FRESCHEL

Mars 2013

 

Ce concert a eu lieu le 8 mars à  l’auditorium du Pharo, Marseille

04 91 14 64 95

palaisdupharo.marseille.fr