Maison Atlas d'Alice Kaplan, à paraître le 3 mars au Bruit du Monde

Leçons de bonheur et de souffranceLu par Zibeline

Maison Atlas d'Alice Kaplan, à paraître le 3 mars au Bruit du Monde - Zibeline

Emily et Daniel, du haut de leurs vingt ans, s’aiment passionnément. C’est à Bordeaux que cette étudiante américaine fait la rencontre de son camarade algérien, à l’aube des années 1990. Leur histoire a l’intensité des premiers amours, des tâtonnements de cette entrée dans l’âge adulte. Elle défie joyeusement les rôles assignés aux genres et aux cultures. Elle ne connaîtra cependant pas les épanouissements qui s’annoncent à elle. Plus de vingt ans plus tard, Becca, fille d’Emily, reviendra sur les traces de cet amour perdu pour mieux comprendre ses origines. Le lecteur s’accroche à ses pas avec le même attachement qu’à ceux de ses parents. Il découvre avec elle le fil d’une histoire familiale douloureuse, tout en entrevoyant avec elle la possibilité d’un après dans cette Algérie dévastée, cette Algérie dont Camus écrivait qu’elle lui prodigua « ses leçons de bonheur [et ses] leçons de souffrance ». Alice Kaplan, qui signe avec Maison Atlas son premier roman, aurait pu trouver dans cette matière mais aussi dans ce lieu de quoi déployer un souffle un peu artificiel, un goût pour la saga se repaissant de traumatismes intergénérationnels. C’est pourtant à une exploration délicate de la psyché de ses personnages, des liens qui les unissent, et des lieux qu’ils traversent et par lesquels ils sont traversés, que nous sommes conviés. L’auteure a précédé ce premier roman de nombres de récits historiques, portant sur le procès Brasillac, Albert Camus, et de critique littéraire. C’est sans l’ombre d’un surplomb universitaire qu’elle entre en littérature, forte d’une douceur rare.

SUZANNE CANESSA
Janvier 2022

Lire également cette rencontre avec l’auteure.

Maison Atlas
Alice Kaplan, traduit de l’anglais par Patrick Hersant
Éditions Le Bruit du Monde, 21 €