Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les 19e Rencontres du cinéma sud-américain au cinéma Le Gyptis et à La Friche, à Marseille

Le train de la Mort

Les 19e Rencontres du cinéma sud-américain au cinéma Le Gyptis et à La Friche, à Marseille - Zibeline

Des trains au cinéma, il y en a eu beaucoup ! De celui, fondateur, en gare de La Ciotat à la Lison de Gabin, du Shanghai Express de Marlene à celui du Mécano de la Générale de Keaton, de ceux infernaux des films-catastrophes à ceux d’Hitchcock ! Celui qui traverse Carga Sellada, le film de Julia Vargas-Weiss projeté le 18 mars à La Friche dans le cadre des 19e Rencontres du cinéma sud-américain, pourrait rappeler un train de western. D’abord pour les panoramiques, où l’horizontalité du rail double l’horizon de l’Altiplano bolivien. Ensuite pour l’attaque des «Indiens», en l’occurrence ici des villageois déterminés à ce que ce convoi « de la mort » ne s’arrête pas chez eux pour y déverser les minéraux toxiques qu’il transporte, des paysans aidés par de mystérieux activistes au masque cornu et doré. Dans un espace ouvert magnifié en plans larges, la réalisatrice recrée un huis clos où se jouent à la fois une farce et un drame. Carga Sellada est une fiction « basée sur des faits réels ». La Paz veut se débarrasser en catimini de terres contaminées et, contre flatteries et promotion, charge un capitaine ambitieux de les larguer dans la nature. On lui octroie trois policiers, une vieille locomotive à vapeur nommée La Federica, en l’honneur de la ministre espagnole républicaine, et un vieux mécano-conducteur aussi anarchiste que la Montseny. Rien ne se passera bien sûr comme prévu. Ce qui devait rester confidentiel sera relayé par la radio et l’aventure tournera au cauchemar. La satire d’un pouvoir corrompu, menteur, lâche qui « s’en lave les mains », méprise les populations, l’écologie et abandonne ses propres agents, passe par la mise en scène de l’absurdité d’une situation inextricable et le délitement de l’autorité du Capitaine Mariscal. Mais la réalisatrice ne fait pas pour autant de ses personnages des pantins. Ils évoluent au gré de l’avancée et des reculs du train. Malgré son ridicule, Mariscal devient même attachant avec ses fêlures d’enfance sur fond d’ostracisme social et sa femme-poupée qui le lâchera comme ses chefs. Ses subordonnés ont chacun leur histoire et leur poids d’humanité. Tania, jeune paysanne qui a rejoint le groupe, fuyant mariage et domesticité, rayonne en figure maternelle, sororale et rebelle. La réalisatrice, photographe de formation, offre de superbes plans de paysages à la limite de l’abstraction, dont le dernier où le Capitaine devenu un fugitif est poursuivi par son ombre avant de se fondre dans les plis des rochers.

ÉLISE PADOVANI
Avril 2017

Les 19e Rencontres du cinéma sud-américain se sont tenues du 17 au 25 mars au cinéma Le Gyptis et à La Friche, à Marseille

Palmarès

Jury officiel

Prix spécial du jury : Carga Sellarda de Julia Vargas
Mention spéciale du jury : El Revenge de Fernando Fraiha
Prix Colibri d’or, Prix du meilleur film : El Amparo de Rober Calzadilla
Prix de la meilleure actrice : Daniela Lema dans Carga Sellada de Julia Vargas
Prix du meilleur acteur : José Eugenio Hernandez dans Antes que cante el gallo
d’Ari Maniel Cruz

Jury jeune

Prix du meilleur film : El Amparo de Rober Calzadilla
Mention spéciale long métrage : Carga Sellarda de Julia Vargas
Meilleur court-métrage : Sopas de Margaritas de Daniel Miranda Acuña
Mention spéciale court-métrage : El Jardin de las delicias d’Alejandro Garcia Caballer

Le public

Prix pour le meilleur long métrage : Nise, au cœur de la folie de Roberto Berliner
Prix pour le meilleur court-métrage : Hijo por hijo de Juan Avella
Prix décerné par les scolaires : Eva y Lola de Sabrina Fariji

Photographie : Carga Sellada, de Julia Vargas-Weiss © Milton Guzman


Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille
04 95 04 95 95
www.lafriche.org


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/