Et mon mal est délicieux, à voir en Avignon jusqu'au 28 juillet

Le théâtre de LuzVu par Zibeline

• 7 juillet 2013⇒28 juillet 2013 •
Et mon mal est délicieux, à voir en Avignon jusqu'au 28 juillet - Zibeline

Dans les jardins de la Chartreuse, à Villeneuve-lès-Avignon, un vieil homme hume le parfum d’une fleur de jasmin tout juste cueillie par un jeune écrivain en résidence dans le lieux. Telle la madeleine de Proust, les effluves de la plante transportent Max dans un passé qui mêle son histoire à celle de la Grande, et du théâtre d’après guerre.

En 1939, dans les ruines de la Chartreuse, Luz, jeune émigrée espagnole, rêve de monter Le Cid, qu’elle répète avec Max. Chimène et Rodrigue se cherchent, jusqu’à ce qu’un jeune inconnu, prénommé Gérard, fasse son apparition et lui donne la réplique, semant le trouble et l’amour dans le cœur de la jeune espagnole. Elle n’aura alors de cesse de retrouver cette émotion, découvrant sous les traits de l’inconnu un Gérard Philipe en pleine ascension, dont elle suivra la carrière jusqu’à la première du Cid dans la Cour d’honneur du Palais des Papes en 1951. Et c’est le cœur broyé que Max l’aidera, criant son amour impossible, vers après vers, pour cette beauté espagnole qui lui échappe…

Adaptée du roman éponyme de Michel Quint (Folio) par Laurence Werlé, et mise en scène par Gérard Vantaggioli, la pièce prend tout son sens avec le jeu sensible et impeccable de Michel Le Royer qui, ayant côtoyé tous les artistes de cette époque (et fut notamment mis en scène par Gérard Philipe dans La Nouvelle Mandragore), donne à son personnage une profondeur et une émotion palpables. Et partagée.

DOMINIQUE MARÇON
Juillet 2013

Photo : Et-mon-mal-est-delicieux-c-X-D.R

Et mon mal est délicieux

jusqu’au 28 juillet

Théâtre du Petit Chien

04 90 85 89 49