Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Yazid Oulab «se fait conteur» sous les hauts espaces bruts du FRAC PACA

Le souffle et la matière

• 14 juin 2013⇒1 septembre 2013 •
Vérifier les jours off sur la période
Yazid Oulab «se fait conteur» sous les hauts espaces bruts du FRAC PACA - Zibeline

Sous le dôme en verre en partie occulté de son atelier rue Curiol, devenue Crouli pour le romancier Jean-Pierre Ostende dans sa nouvelle Femmes trouvées en ville, Yazid Oulab a le geste précis de l’artisan et les outils de l’ouvrier. Ceux qu’il utilise lorsqu’il sculpte la matière, et ceux qu’il réinvente en leur conférant le statut d’œuvre d’art. D’objets précieux. Clous dessinés sur le papier, clous surdimensionnés en inox poli posés au sol comme un mikado (ensemble intitulé Alif, comme la première voyelle), Couteau de 7 x 116 x 14,5 cm au manche en bois et à la lame en graphite exposé sur une stèle, ensemble de Vis/Boulon en graphite délicatement présenté en vitrine, fil de fer barbelé tordu fièrement accroché au mur… Ce même fil de fer qui écorche la paume de sa main lorsqu’il emprunte à Rimbaud quelques vers des Illuminations : «Ô cette matinée chaude février… Ô l’autre monde». Tentative magnifique de rendre ce matériau, agressif, plus tendre… Il y a ces matières, humbles, et tous ces objets usuels, plus humbles encore, dont il s’empare pour représenter des Fragments d’humanité. Comme si un souffle mystique les habitait, les traversait. Yazid Oulab invente son alphabet du monde dans le silence de son «laboratoire», là où il aime réfléchir, lire, créer des formes longilignes, des tiges qui s’élèvent, «noircir à la bombe des objets mixtes», se saisir de ses outils pour faire ses armes d’aujourd’hui. Et s’interroger : «Comment relier ma propre histoire familiale, les deux rives, toutes les histoires de l’art ? Comment donner image à la poésie ?».

Sous les hauts espaces bruts du Frac, Yazid Oulab «se fait conteur» par pièces interposées, dévoilant un penchant pour l’épure et la monumentalité, le minimalisme et la fragilité, le noir et la transparence. Corpus cohérent et homogène -même si les matériaux et les formes sont multiples- né de ses questionnements sur les objets (le clou et le couteau… Abel et Caïn), les signes (tracés enchevêtrés ou arabesques tourbillonnantes), les médiums (avec eux toute l’histoire de l’art), les images (dans la vidéo Oud, l’instrument de musique suggère «un monde intérieur en appel d’éveil»), le geste artisanal (comme dans la menuiserie familiale) et les mots… Dont le puissant Mektoub : c’était écrit.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2013

Photo : Yazid-Oulab,-vue-de-l’exposition-au-FRAC-Provence-Alpes-Côte-d’Azur,-14-Juin—1er-septembre-2013-©-J-C.-Lett-Frac-Paca

jusqu’au 1er septembre

Frac Paca, Marseille 2e

04 91 90 30 47

www.fracpaca.org

 

À lire

Yazid Oulab

Textes de Olivier Kaeppelin, Fadila Kateb, Julia Marchand, Pascal Neveux. Nouvelle de Jean-Pierre Ostende, Femmes trouvées en ville.

Éditions du Palais, 24,50 €