Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Tiago Rodrigues met en scène le métier de souffleur à travers la figure de la souffleuse Cristina Vidal

Le souffle du chœur

Vérifier les jours off sur la période
Tiago Rodrigues met en scène le métier de souffleur à travers la figure de la souffleuse Cristina Vidal - Zibeline

À son arrivée aux commandes du Théâtre Dona Maria II de Lisbonne, l’auteur et metteur en scène Tiago Rodrigues a fait la connaissance d’une véritable institution des lieux, Cristina Vidal. Souffleuse titulaire de la salle depuis quarante ans, Cristina Vidal incarne dans ses moindres traits ce métier si romanesque qui disparaît peu à peu des scènes, au profit d’oreillettes pilotées par des régisseurs ou autres assistants metteurs en scène… Si l’on mettait bout à bout les phrases prononcées par cette souffleuse en plateau tout au long de sa carrière, on n’obtiendrait, affirme-t-elle, que « dix-huit minutes et vingt-trois secondes » de texte. Sa fierté réside non pas dans son concours au spectacle mais dans sa capacité à s’y faire oublier, à refuser la lumière, quitte à condamner sa peau à une éternelle pâleur.

Autour de l’étrangeté mais aussi du caractère rassurant de cette présence silencieuse sur scène, Tiago Rodrigues élabore avec sa troupe une ode aux chemins de traverse du théâtre, à ses ratés, à ses coulisses, et au regard jamais surplombant que Cristina Vidal pose sur eux. Très méta, le dispositif surprend cependant en faisant jaillir l’émotion où on ne l’attendait pas, en se raccrochant au vrai au détour du simulacre le plus criant. Le monologue d’Harpagon joyeusement désagrégé par les trous de mémoire de João Pedro Vaz recrée ainsi le mouvement et les effets comiques du texte sans avoir l’air d’y toucher, de même que les extraits de Tchekhov, de Lagarce ou encore de Bérénice traversés avec délicatesse par le récit. Porté par un évident amour de la littérature, de la scène et des comédiens, Souffle fait circuler en plateau cet « air infecté d’histoire » qui constitue le propre du théâtre. Cet air qui sait faire luire les pupilles des spectateurs.

SUZANNE CANESSA
Octobre 2018

Souffle a été joué du 16 au 20 Octobre au Théâtre de la Criée, Marseille

Photo : Souffle -c- Filipe Ferreira


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/