77, premier roman de Marin Fouqué, aux éditions Actes Sud

Le silence du sept-sept

77, premier roman de  Marin Fouqué, aux éditions Actes Sud - Zibeline

L’expression scande le premier roman de Marin Fouqué, 77. En un refrain lancinant, un leitmotiv qui englue. Le silence du sept-sept (ici, à Vernou-la-Celle-sur-Seine, « du sud 77, dans le 77 qu’est pas Paris », c’est comme ça qu’on dit), tout juste interrompu par le bruit des voitures qui filent sur la nationale. Rouge, grise, métallisée…. Ici, dans le 77, il n’y a rien. Ou plutôt si, du vert, du gris, du marron. Un département pas encore avalé par le bitume et le béton de la métropole parisienne. « Une zone où rien ne se passe et où personne n’arrive, pas assez vive et pas totalement morte », à « saisir avant sa disparition ». C’est ce que fait le jeune écrivain. Cet entre-deux, entre ville et campagne, entre adolescence et âge adulte, entre ennui (qui plombe) et désir d’ailleurs (qui porte), Marin Fouqué en confie la narration à un ado. Un qui ce jour-là n’est pas monté avec les autres dans le bus de ramassage scolaire. Un qui va rester toute la journée dans l’abribus, tête sous la capuche, pétard aux lèvres. Car « y a que sous une capuche qu’on peut penser tranquille à haute voix. Les grands champs écoutent et la terre absorbe. » Alors il pense. Au rythme des voitures qui passent, il se souvient. De comment tout a basculé : son pote Enzo devenu le Traître, la fille Novembre qui ne lui parle plus, et même le grand Kevin – celui qui lui a appris à devenir un homme malgré sa « gueule fine » et son « corps de lâche »- qui reprend à nouveau le bus. Au fil des heures et des joints, le monologue creuse son sillon dans le passé, dévoilant les violences ordinaires et les terribles injonctions à la virilité. Un texte fort, émouvant, écrit dans une langue musicale, proche du flow d’un slam inspiré. Hommage « à toutes les personnes encapuchées qui cogitent en spirale pendant des heures aux issues possibles ». Hommage aussi à ces territoires prétendument « sans histoire ». Dans la lignée des Lisières d’Olivier Adam, du remarquable Fief de David Lopez, de Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu, un premier opus prometteur.

FRED ROBERT
Octobre 2019

77
Marin Fouqué
éditions Actes Sud, 19 €