Délicatesse de Scarlatti sous les doigts de Jean-Marc Aymes

Le prince du clavecinVu par Zibeline

 Délicatesse de Scarlatti sous les doigts de Jean-Marc Aymes - Zibeline

 

Évoquer la vie d’un personnage célèbre relève toujours de la gageure, piège de la tentation de l’exhaustivité, du rappel monocorde et fastidieux de faits, de dates, bref, l’exercice est souvent garant d’ennui et de décrochements mandibulaires. Le spectacle Aimez-vous Scarlatti, proposé par l’ensemble Concerto Soave, évite toutes les chausse-trappes avec une fine élégance. Dispositif simple, un clavecin à queue, quelques tapis au sol, lumière de bougies tremblotantes dans leurs lanternes, tableaux de Canaletto, Guardi, Goya projetés en illustration des lieux parcourus… la magie opère, nourrie de quelques quatorze sonates de Domenico Scarlatti, interprétées par Jean-Marc Aymes, et de textes choisis avec pertinence et dits par Nicolas Lafitte.

Voici la Naples de l’enfance de Domenico, ses couleurs, ses bruits, ses odeurs, un portrait délicieux du jeune homme brossé par son père qui, dans une lettre adressée à Ferdinand de Médicis, le présente comme « un aigle auquel les ailes ont poussé ». On suit le jeune prodige à 20 ans, en route pour Venise, voyage que reprend une sonate enjouée, alerte, où se dessinent les paysages traversés… À Venise sort le Bucentaure de l’Ascension (Canaletto), raconté avec espièglerie par Casanova qui narre ses entreprises amoureuses, que de masques charmants ! Le clavecin se joue de l’aventure, mutin, développe surprises et malices.

On l’imagine ce jeune homme vêtu de noir coiffé d’une perruque blanche poudrée sous la plume de Charles Burney, virtuose « comme si mille démons s’étaient mis à jouer »… montées chromatiques époustouflantes, sauts d’octave, inversion des mains… l’instrument aux cordes pincées résonne, vibre, prend des ampleurs inattendues. On le suit à Lisbonne, aux côtés de son élève royale Maria Barbara de Bragance, ensuite à la cour d’Espagne où le clavecin prend des accents anachroniques de piano, intègre les rythmes flamenco, puis, au soleil couchant de Platero y io, glisse des harmonies lumineuses. Le jeu brillant s’emporte en élans romantiques exacerbés, lutte de virtuosité avec le grand Farinelli. Puis le génie grossit, au point de ne plus pouvoir croiser les mains sur les claviers, la lenteur s’installe, atteint une spiritualité émouvante… Instants suspendus entre la virtuosité sensible de l’interprète et la voix expressive du récitant. Une pépite !

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2018

Aimez-vous Scarlatti a été donné le 12 janvier, salle Musicatreize à Marseille

Photographie : Concert Aimez-vous Scarlatti? © X-D-R

Salle Musicatreize
53 Rue Grignan
13006 Marseille
04 91 00 91 31
musicatreize.org